• Le livre que je ne voulais pas écrire - Erwan

    Il faut plus de personnel soignant, les payer plus, se soucier de leur bien-être professionnel. Taxez la spéculation, scalpez les hauts salaires, démerdez-vous – démerdons-nous – mais n'abandonnez pas la santé publique.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le maître de la lumière - Jean-François Bazin - Dans notre pays comtois, il y a Jura et Jura. Celui du vin, d'Arbois à Château-Chalon. Celui du lait, de fruitière en fruitière. Celui du bois, dès qu'on grimpe un peu. Des hommes et des bêtes sous le même toit. Des eaux fraîches et frissonnantes qui s'acoquinent pour le bonheur des truites. Des plateaux infinis qui n'ont rien de morne, qui ouvrent le regard, et de brusques ravins, de soudaines corniches, jusqu'au Jura suisse car nous avons un jumeau de l'autre côté de la frontière. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le Chardonneret - Donna Tartt -Si un tableau se fraie vraiment un chemin jusqu'à ton cœur et change ta façon de voir, de penser et de ressentir, tu ne te dis pas « oh, j'adore cette œuvre parce qu'elle est universelle », « J'adore cette œuvre parce qu'elle parle à toute l'humanité ». Ce n'est pas la raison qui fait aimer une œuvre d'art. C'est plutôt un chuchotement secret provenant des ruelles. Psst, toi, hé gamin, oui, toi. Un bout de doigt qui glisse sur la photo fanée.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Trois jours et une vie - Pierre Lemaitre - Elle élevait, entre les faits qui la dérangeaient et son imagination, un mur haut et solide qui ne laissait filtrer qu'une angoisse diffuse qu'elle atténuait grâce à une quantité inouïe de gestes habituels et de rituels intangibles. La vie doit toujours reprendre le dessus, elle adorait cette expression. Cela signifiait que la vie devait continuer de couler, non pas telle qu'elle était mais telle qu'on la désirait. La réalité n'était qu'une question de volonté, il ne servait à rien de se laisser envahir par des tracas inutiles, le plus sûr pour les éloigner était de les ignorer, c'était une méthode imparable, toute son existence montrait qu'elle fonctionnait à merveille.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Je n'aurais jamais écrit ce livre si j'avais su qu'il deviendrait aussi gros. Une fois que je l'ai eu terminé, j'ai compris que je n'avais rien décidé, le livre s'était emparé de moi.

    La Fabrique des Salauds - Chris Kraus -

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique