• Ça raconte Sarah ; Pauline Delabroy-Allard -Elle m'en veut, de tout, de lui voler son temps, de lui voler sa jeunesse, de lui voler l'amour de sa famille, de lui voler l'idée qu'elle s'était faite depuis petite de la manière dont elle doit mener sa vie. Elle ne le dit pas mais je l'entends, ça tinte à mes oreilles, voleuse, voleuse, voleuse. Elle me reproche des conneries, des tas de choses, mais au fond, je le sens, elle me reproche d'exister, d'avoir croisé son chemin, elle me reproche d'être une femme. Elle m'en veut de ne pas pouvoir, du coup, m'aimer en paix. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Il m'a vraiment dit ça. Merci pour tout. Merci pour l'avoir engendré sans lui avoir demandé la permission. Merci pour l'avoir fait entrer de force dans un monde de guerre, de haine et de fanatisme. Merci pour l'avoir accompagné à la porte d'écoles qui enseignaient la tricherie, le mensonge, les préjugés et les cruautés en tous genres. Merci pour l'avoir assommé d'un Dieu auquel il n'avait jamais cru, de la seule et unique Église -que toutes les autres soient damnés. Merci pour lui avoir inculqué la passion des voitures qui provoqueraient peut-être un jour sa mort. Merci pour un père qui écrivait des scénarios médiocres, histoires d'amour à l'eau de rose ou bagarres dans lesquelles les bons avaient toujours le dernier mot. Merci pour tout.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Vie de Gérard Fulmard - Jean Echenoz -Si l'on peut s'étonner que ces chutes de déchets spatiaux provoquent si peu d'accidents fâcheux, on peut aussi les supposer amenées à se multiplier. Car après les quelques cinq mille lancements consécutifs à celui de Spoutnik 1 en 1957, ce sont à peu près sept mille tonnes de matériel qui orbitent aujourd'hui dans la voûte céleste au dessus de nos boîtes crâniennes. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Anne-Maire la Beauté - Yasmina Reza -

    Arrivés à un certain âge, les gens se donnent le mot pour se défiler. Des gens censés vous tenir la main jusqu'au bout. Le médecin, l'agent artistique, le mari, les Storm mes voisins. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Interview Juan Branco - Lire, janvier 2020 -On m'a dit assez explicitement qu'il y avait, au niveau de certaines directions de groupes, le refus  clair de faire paraître le livre, alors même que des éditeurs de ces mêmes groupes le souhaitaient. Au diable vauvert l'a publié après avoir pesé chaque virgule, et mesuré les risques juridiques. Ce parcours semé d'embûches a été sidérant. Une fois paru, le livre a eu un tel succès que toutes les maisons de poche nous ont fait des offres. Comble de l'ironie, il a été repris par "Points", du Seuil... alors même que Le Seuil l'avait refusé en grand format ! Ce la révèle quelque chose de gênant : l'édition est prête à "y aller" à partir du moment où il y a de l'argent, mais sinon...

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique