• La sorcière - Camilla Läckberg -

    Parce qu'on le mérite, balbutia Jessie. Toi et moi. On le mérite tellement, putain. On est mieux qu'eux. Ils ne valent même pas la crasse au fond de nos nombrils.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Pina Bausch est là, simplement, imprégnant l'atmosphère de son indicible présence, de sa timidité, de sa redoutable lucidité, de cette densité qui donne à penser que tout ce qui l'entoure aussitôt se retire en elle pour l'éclairer de l'intérieur et diffuser comme une aura autour de sa personne.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Miroir de nos peines - Pierre Lemaitre -

    Chez beaucoup d'entre nous, cette débâcle a réveillé les instincts les plus bas, les égoïsmes les plus noirs, les intérêts les plus cupides. Mais chez d'autres, elle a réveillé le désir d'aider, d'aimer, elle a imposé le devoir de solidarité. Voilà ce que nous dit le Seigneur : choisissez votre camp. Serez-vous dans celui du repli sur soi, fermerez-vous votre porte et votre cœur à celui qui vient à vous, pauvre et démuni, ou serez-vous celui ou celle qui ouvre les bras non pas malgré la difficulté, mais grâce à la difficulté. Face à l'égoïsme, à la peur, de manquer, au réflexe de ne penser qu'à soi, notre seule force, notre véritable dignité, c'est d'être ensemble, comprenez-vous ? 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Miroir de nos peines, Pierre Lemaitre - Je viens de finir la lecture de la trilogie de Pierre Lemaitre. Je vais être franche, ce dernier tome est, pour moi, un peu en deçà des deux premiers, mais, pour nuancer un peu, je crois que l'auteur nous a emmené tellement haut, tellement loin avec Au revoir là-haut et Couleurs de l'incendie, que j'en attendais encore et toujours plus... 

    Ceci étant dit, c'est avec plaisir que j'ai retrouvé la plume de Pierre Lemaitre, toujours aussi vive et séduisante. Dans cette dernière aventure, nous suivons Louise Belmont, la fillette qui ne quittait pas Edouard Péricourt dans le premier opus.

    "Tu reviendras me dire au revoir ?" avait-elle demandé.
    De la tête Edouard avait répondu "Oui, bien sûr". Ça voulait dire non.

    D'autres personnages vont vite entrer dans la danse : Raoul, Désiré, Fernand... Chacun va essayer de sortir indemne de cette période trouble : l'auteur nous embarque sur les routes de France où l'exode bat son plein. 

    Le cortège disparate allait à trois vitesses, les voitures disparaissaient vite, les vélos lentement, les gens à pied marchaient d'un pas mécanique et lent, comme dans une procession funèbre.

    De plein pied dans cette drôle de guerre, on suit avec avidité les aventures des uns et des autres, dont je ne vous dirais rien ! Seulement, que j'ai beaucoup rit avec Désiré, craint le pire avec Louise et halluciné souvent avec Raoul et Gabriel. Et que dire de Fernand... 

    La fin est un tantinet convenue. Là où j'espérais un feu d'artifice, une fin qui me scotche un air béat de surprise sur la face. Mais quelle trilogie ! quels beaux moments passés ! Quel dommage que tout s'arrête là. On en voudrait encore...

    Miroir de nos peines, Pierre Lemaitre -

    ¤ ¤ ¤
    4ième de couv

    Avril 1940. Louise, trente ans, court, nue, sur le boulevard du Montparnasse. Pour comprendre la scène tragique qu’elle vient de vivre, elle devra plonger dans la folie d’une période sans équivalent dans l’histoire où la France toute entière, saisie par la panique, sombre dans le chaos, faisant émerger les héros et les salauds, les menteurs et les lâches... Et quelques hommes de bonne volonté.
    Il fallait toute la verve et la générosité d’un chroniqueur hors pair des passions françaises pour saisir la grandeur et la décadence d’un peuple broyé par les circonstances.
    Secret de famille, grands personnages, puissance du récit, rebondissements, burlesque et tragique… Le talent de Pierre Lemaitre, prix Goncourt pour Au revoir là-haut, est ici à son sommet.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Une vie de pierres chaudes - Aurélie Razimbaud -Il aurait aimé lui parler de la mer, de tout ce qu'elle était réellement, les voiles géantes des vagues, les routes invisibles des bateaux, les eaux profondes parcourues d'étoiles, un grand baiser très bleu, un monde sans origines ni fin qui porte en lui l'histoire des hommes et la promesse d'une paix infinie.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires