• Les confessions de Fannie Langton - Sara Collins -

    "Oh Frances, Frances, ne penses-tu pas que chacun devrait lire un poème par jour ? On ne peut pas vivre que de romans ! "
    Elle avait raison. Un roman, c'est un long verre tiède, un poème, c'est une flèche dans le crâne.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Les confessions de Fannie Langton - Sara Collins -Que voudriez-vous que l'on se rappelle de vous ? Si vous aviez une dernière page et une dernière heure, qu'écririez-vous ? Voici ce que j'ai choisi. Un récit de moi-même. J'ai aimé deux choses : les livres que j'ai lus, et les personnes qui les ont écrits. Car, malgré le cas qu'on en fait, la vie n'a pas de sens, mais les romans nous permettent de croire que, en fait, elle est quelque chose.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Attitude Body Positive - Elodie Sillaro -J'essaie de montrer une autre image de la sportive, loin des photos parfaites de fit-girls. Etre sportive, c'est tout bonnement faire du sport et prendre soin de soi, c'est se bouger pour se sentir bien dans sa tête et dans son corps. Se bouger non pas pour être différente mais pour être soi. Je n'ai plus peur de surmonter les obstacles dans le sport comme dans la vie. J'accepte mes formes et j'apprends beaucoup sur moi. Le sport, c'est un échantillon de la vie. On est confrontée à beaucoup de choses en une séance : la mise à nue (souvent, on ne se maquille pas, il faut se changer dans les vestiaires), puis l'effort, le dépassement de soi mais aussi la fierté de se dire qu'on l'a fait. Oui, on peut le faire ! Le sport a vraiment changé ma vie.

    Attitude Body Positive - Elodie Sillaro -
    Témoignage d'Anne-Laure.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Tous les matins, il faut se demander : Qui suis-je ? Un corps ?
    Une fortune ? Une réputation ?
    Rien de tout cela.
    Qu'ai-je négligé qui conduit au bonheur ? 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le grand jeu - Céline Minard - Je me demande si on peut s'exercer à l'événement. A ce qui arrive au monde.
    On peut s'exercer à le percevoir, à le recevoir et à le représenter. On peut s'exercer à l'accueil. Une observation, une description, une représentation sont des actes d'accueil. 
    Une attention non détournée à l'autre aurait-elle pour objet sa respiration à lui ? Sa simple présence ?
    Il y a des occasions paradoxales pour la musique de sortir du temps. Des occasions paradoxales pour le mouvement de sortir de l'espace. Y auraient-ils des occasions paradoxales pour une relation humaine de sortir du jeu ? 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique