• C’était un spectacle merveilleux pour Pancrace de les voir maintenant récolter les grappes avec le sourire au coin des lèvres. Certes, le vicomte payait particulièrement bien ses servants, mais, en des jours comme celui-ci, il leur redonnait aussi l’orgueil de travailler la terre, d’être paysan.

    Qui plus est, pour les remercier de l’excellence de leur effort, chacun recevrait, en fin de récolte, une gourde de cinq litres recouverte d’osier, provenant de la première cuvée. Ils boiraient alors, sous leurs modestes toits, en le coupant avec un peu d’eau, le même vin que le pape et le roi d’Angleterre.

    De quoi être heureux et fiers.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Par amour - Valérie Tong Cuong -C'était un drôle de spectacle, notre petit campement au milieu de tant d'autres. Nous étions si nombreux et si seuls à la fois.

    Pour la première fois de ma vie, j'ignorais à quoi ressemblerait le jour suivant. En réalité, j'ignorais même à quoi ressemblerait la nuit.
    Je ne savais rien des constellations, des bruits, des cris.
    (...)
    La vie est ainsi, m'avait confié papa. Le monde est une roue qui tourne vite, à peine es-tu en haut, que te voilà déjà en bas.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • L'enfer du Havre - Julien Guillemard -

     

    C'est à nous d'entrer en lice, avec notre plume la plus acérée au service d'une encre indélébile.

    Contre les guerres.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Comme tant d'autres, il est un jeune homme ambitieux qui craint de ne pas être à la hauteur de ses ambitions : un jeune allemand des années 1930 qui rêve au surhomme, souhaiterait être un bon Aryen tout en étant taraudé par la conscience confuse qu'il pourrait n'être... qu'on bon à rien. Ce n'est aucunement que je cherche des excuses à un homme que je considère comme une crapule mais, dans le cas de Rascher, je crois que les circonstances et l'entourage ont été déterminants. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Au son des banjos je l'ai reconnue.
    Ce curieux sourire qui m'avait tant plu.
    Sa voix si fatale, son beau visage pâle
    M'émurent plus que jamais.

    Je me suis soûlé en l'écoutant.
    L'alcool fait oublier le temps.
    Je me suis réveillé en sentant
    Des baisers sur mon front brûlant

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique