• Une autre vie à Citara : Tome 2 - Nathalie Bagadey -

    J'écris pour... pour faire rêver les gens.
    Pourquoi ?
    Pour les aider à affronter les moments difficiles, les heures les plus sombres, les instants les plus ternes.
    Pourquoi ?
    Parce que la beauté, la bonté, l'harmonie ne s'obtiennent qu'au prix de courage et d'efforts. Sans cesse renouvelés.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Une autre vie à Citara : Tome 1 - Nathalie Bagadey -

    Dans les faits, cela ne se passe jamais ainsi. Car lorsque l'on goûte aux plaisirs du pouvoir, très vite on ne pense plus au bien de son pays, mais au sien propre. Dès que le pouvoir appartient à un nom et non plus à une cause, il devient synonyme d'oppression. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Interview Sylvain Tesson - Lire mai 2020

    Il existe déjà une virtualité qui vaut mieux que ces espèces de machines digitales : la pensée ! Le sens de l'orientation vaut lieux qu'un GPS. La mémoire vaut mieux que Wikipédia. L'œil, le regard artistique, c'est quand même autre chose qu'Instagram. Et la pensée et l'amour, autre chose que l'e-mail : Il est là le moteur de recherche, dans notre tête. Et on ne l'utilise même pas. On crée des applications alors qu'on a un truc incroyable composé de deux hémisphères reliés par des neurones, des synapses, avec un néocortex et une mémoire reptilienne. Nous ne sommes qu'au tout début de la compréhension de cette géographie cérébrale insensée, et nous délocalisons tout ce miracle dans des puces au silicium. C'est aberrant : Aberrant !

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Tendresse - Philippe Delerm -

    Ce qui est beau, c'est que la manière de faire rejoint ici le but. Il y a là tout ce qui nous manque tellement. Un petit bout de tendresse chanté en espagnol, un autre en italien, comme un clin d'œil à nos voisins frappés aussi. Mais par ailleurs s'il s'agit bien de la France, du Gers au Tarn, au Calvados, en passant par Paris. - en passant par Paris. Un pays que depuis si longtemps on ensilence. Dont on vide les hôpitaux, les écoles, les gares, les bureaux de poste, tout ce qui fait lien.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Personne - Antoine Emaz - Il y a les vagues
    et ce qui reste là
    le ciel et le sable
    ce qui bouge n'avance pas
    plutôt tremble ou tourne
    vibre vaste remue
    pour au bout rester là aussi
                               on est seul à passer
                                   vraiment
                                          seul à traverser
                                        couper dans l'espace
                                      sauf peut-être le vent.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique