• Le Bal des folles - Victoria Mas -L'histoire qui m'a touchée, les personnages que j'ai aimés et accompagnés plaisent aux gens autant qu'ils m'ont plu à moi. C'est cela qui donne de la confiance, qui galvanise. Je le prends comme un encouragement pour continuer à écrire, puisque c'est ce à quoi je me destine.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Interview Franck Bouysse - Lire janvier 2020 -

    Il faut du temps au romancier pour que plein de petits morceaux épars surgis du passé s'amalgament pour former un livre. Au départ, je n'ai absolument rien, pas même une demi-page. Puis, soudain, une image m'apparaît comme si le livre à venir était déjà en germe depuis l'enfance. L'écriture est prête. Je remplis alors mes cahiers d'écoliers de mots qui me viennent, toujours écrits au stylo-plume... Je ne sais pas toujours pourquoi ils sont là.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Les mille talents d'Euridice Gusmão - Martha Batalha -

    Elle avait lu et oublié certains livres, d’autres, elle les avait achetés et avait oublié de les lire. D’autres avaient été rangés là par Antenor, qui achetait des livres comme on achète des ampoules : il était bon d’avoir les plus grands penseurs chez soi, au cas où on en aurait besoin un jour.

     

      

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Ça raconte Sarah - Pauline Delabroy-Allard -

    Quand nous sommes ensemble, la vie va trop vite, à toute berzingue. Elle court et je cours derrière elle, dans les couloirs du métro, pour attraper les trains à l'heure, pour nous retrouver quand elle revient. Elle marche et je marche derrière elle.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • T'inquiète ! Chronique de Philippe Delerm - Lire novembre 219 - Et je ne suis pas sur Terre pour ne pas m'inquiéter. Sinon, je me serais fait moine. La transparence extatique que veulent m'imposer les commerçants de la zénitude m'effraie et me dégoûte. Ne touchez pas à mon inquiétude. Ma belle et douloureuse inquiétude. C'est elle qui fait tout le prix de l'existence. On peut connaître la malchance de n'avoir personne à aimer, le malheur d'avoir perdu tous ceux que l'on aimait. Mais si l'on a le privilège de vivre et d'aimer quelqu'un, quelques uns, comment ne pas s'inquiéter ? C'est un étrange paradoxe qui nous mène : la sérénité ne fait pas partie du programme. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique