• "On dirait qu’on sait lire sur les lèvres
    Et que l’on tient tous les deux sur un trapèze
    On dirait que sans les poings on est toujours aussi balèzes
    Et que les fenêtres nous apaisent

    On dirait que l’on soufflerait sur les braises
    On dirait que les pirates nous assiègent
    Et que notre amour, c’est le trésor
    On dirait qu’on serait toujours d’accord

    J’ai traqué les toujours, désossé les déesses
    Goûté aux alentours, souvent changé d’adresse
    Ce qui nous entoure, l’extension de nos corps
    Quand nous sommes à l’écart, mineurs, chercheurs d’or

    Quand faut-il être pour ?
    Que faut-il être encore ?
    Quand faut-il être pour ?
    Que faut-il être encore ?

    On dirait qu’on sait lire sur les lèvres
    Et que l’on tient tous les deux sur un trapèze
    On dirait que sans les poings on est toujours aussi balèzes
    Et que les fenêtres nous apaisent

    Peut-être que la nuit le monde fait la trêve !
    Et qu’aujourd’hui ton sourire fait grève ?

    On dirait qu’on sait lire sur les lèvres
    Et que l’on tient tous les deux sur un trapèze

    Peut-être que la nuit le monde fait la trêve !
    Et qu’aujourd’hui ton sourire fait grève ?"

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • "La mémoire est un monstre ; on oublie, pas elle. Elle archive ; elle tient à disposition ou bien elle dissimule. Et puis elle nous rappelle avec une volonté qui lui est propre. On croit avoir de la mémoire, on se fait avoir par elle."

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • "Éclat de sanglots ! Pour la première et seule fois de ma vie, je vis ma grand-mère pleurer. Ce n’était pas un petit pleurage pour la forme, sur la pointe des cils ! Non ! Plutôt un braillage de barrage qui s’effondre. (Ça me fait encore drôle d’en parler.)"

    ¤ ¤ ¤

    Discours de Fred Pellerin lors de la remise de l'insigne de Chevalier de l'Ordre national du Québec : "Ces gens sont d'une race qui sait pas mourir. (...) Peut-être qu'un jour les enfants sauront dire qu'on est peut être d'une race qui sait exister."

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • "Ils ont éparpillé notre chagrin à travers le monde. Seuls les morts reviennent ici. On n’autorise que le retour des morts. Les vivants, eux, se faufilent la nuit. Par la forêt..."

     La supplication : Film documentaire de Pol Cruchten - Trailer -

    "Au deuxième jour de sa vie, je l’ai portée jusqu’au bloc opératoire... Elle a ouvert les yeux et elle a souri ! J’ai d’abord pensé qu’elle allait pleurer, mais elle m’a souri ! Les bébés comme elle ne survivent pas : ils meurent tout de suite. Mais elle n’est pas morte parce que je l’aime."

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    – Tu sautes des repas, tu découches toute une nuit, tu te fais agresser et tu t’étonnes après de tourner de l’œil ? C’est une armée entière de marraines qu’il te faut, gamine.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique