• Eurodance - Aurélien Bellanger -Il existe des forces auxquelles rien ne résiste. Il existe des assemblées humaines capables de renverser l'ordre injuste du monde. 
    L'Europe de mon enfance, l'Europe des Douze au beau drapeau bleu, joue exactement ce rôle pour moi : j'ai aveuglément confiance en elle. J'ai voulu, je crois, lui désigner l'existence de la Jungle, dans ce monde qui avait produit la Jungle, avec cette Europe qui l'avait tolérée.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La forêt des araignées tristes – Colin Heine –

    Il était glabre et lisse comme l'acier, d'une dureté cruelle. Mais ce furent les yeux du juncker qui la marquèrent au plus profond d'elle-même. On y lisait le droit. Le bon droit. Celui d'un homme qui agit par une conviction trempée dans le sang. Elle vit un instant fugace le monde par ses yeux et comprit, dans l'éclair d'une terreur glacée, que cet homme matait, meurtrissait et assassinait la racaille, le peuple qui réclamait les choses qui ne lui revenaient pas. 
    Or la racaille, c'était elle.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Les jours fondent en instants
    De brèves et de moments 
    Je ne me connais plus 
    Tous mes repères perdus 
    Je croyais voir le monde 
    Pour ce qu'il était vraiment 
    Mais son arrivée me tourmente 
    Et pourtant
    Je me croyais plus forte 
    Usée par notre époque 
    Mes plaies s'ouvrent pour lui 
    Ne faut-il pas que je m'emporte 
    Le vent souffle vers l'est 
    De rires et de caresses 
    Je tangue autrement 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Discours de réception du prix Nobel - Patrick Modiano -

    Curieuse activité solitaire que celle d’écrire. Vous passez par des moments de découragement, vous avez, chaque jour, l’impression de faire fausse route. Et alors, la tentation est grande de revenir en arrière et de vous engager dans un autre chemin. Il ne faut pas succomber à cette tentation mais suivre la même route. C’est un peu comme d’être au volant d’une voiture, la nuit, en hiver et rouler sur le verglas, sans aucune visibilité. Vous n’avez pas le choix, vous ne pouvez pas faire marche arrière, vous devez continuer d’avancer en vous disant que la route finira bien par être plus stable et que le brouillard se dissipera. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Il m’a tourné le dos sans me dire au revoir. Il s’est éloigné. Il est reparti dans ses regrets et m’a laissé dans les miens. Je savais, comme lui sans doute, qu’on peut vivre dans ses regrets comme dans un pays. 

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique