• Les mille talents d'Euridice Gusmão - Martha Batalha -

    Elle avait lu et oublié certains livres, d’autres, elle les avait achetés et avait oublié de les lire. D’autres avaient été rangés là par Antenor, qui achetait des livres comme on achète des ampoules : il était bon d’avoir les plus grands penseurs chez soi, au cas où on en aurait besoin un jour.

     

      

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Ça raconte Sarah - Pauline Delabroy-Allard -

    Quand nous sommes ensemble, la vie va trop vite, à toute berzingue. Elle court et je cours derrière elle, dans les couloirs du métro, pour attraper les trains à l'heure, pour nous retrouver quand elle revient. Elle marche et je marche derrière elle.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • T'inquiète ! Chronique de Philippe Delerm - Lire novembre 219 - Et je ne suis pas sur Terre pour ne pas m'inquiéter. Sinon, je me serais fait moine. La transparence extatique que veulent m'imposer les commerçants de la zénitude m'effraie et me dégoûte. Ne touchez pas à mon inquiétude. Ma belle et douloureuse inquiétude. C'est elle qui fait tout le prix de l'existence. On peut connaître la malchance de n'avoir personne à aimer, le malheur d'avoir perdu tous ceux que l'on aimait. Mais si l'on a le privilège de vivre et d'aimer quelqu'un, quelques uns, comment ne pas s'inquiéter ? C'est un étrange paradoxe qui nous mène : la sérénité ne fait pas partie du programme. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Il est possible que, dans le plan général de l'univers, cette invasion ne soit pas pour l'homme sans utilité finale : elle nous a enlevé cette sereine confiance en l'avenir, qui est la plus féconde source de décadence...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le grand entretien, Jean-Paul Dubois - Lire octobre 2019 -Un livre n'a jamais rien sauvé. Ce qui sauve, ce sont les gens qui prennent conscience de leur vie et de ce qui les entoure. Je crois à l'effet métastase, c'est-a-dire que des civilisations produisent du bonheur ou du malheur. Cela ne vient jamais des livres mais relève du miracle, du hasard, de la combinaison de cultures. Je pense qu'on vit dans "l'âge sombre", comme celui précédent le big bang. Il y aura une concentration de gaz qu'une explosion va se produire et donnera la lumière. C'est ainsi qu'est né le monde et de là est née la vie. Le moment viendra où l'on créera du bonheur. Nous sommes pour l'instant dans une période de malheur, il y a des époques comme ça... Et les livres ne vont rien y changer. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique