• Interview Camille Laurens - Lire avril 2020 -

    A travers plusieurs générations, j'ai voulu montrer tout un passage du temps et rappeler des situations qui semblent inimaginables, aujourd'hui. Quand a fille a eu le texte sous les yeux, elle a été très surprise de découvrir toutes ces femmes qui ne pouvaient rien faire sans l'accord de leur mari.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Marx et la poupée - Maryam Madjidi -

    Leur rire résonnait si loin
    Qu'il pénétra jusque dans les oreilles de leur famille
    Leur rire résonnait si fort
    Qu'il fit trembler leur terre délaissée
    Leur rire résonnait si haut
    Qu'il réveilla leur mémoire engourdie
    Mais tous les trois, à force de rire, avaient les larmes aux yeux à présent

    Et leur rire pourtant si beau pourtant si fort
    Résonnait comme résonnent les pleurs à présent
    Les pleurs
    D'un père, une ombre se faufilant sur les murs
    D'une mère, un visage caché portant une longue robe balayant la terre
    D'une fille, une silhouette légère aux pieds suspendus dans l'air
    Et tous les trois gardaient un secret dans le creux de la main
    Sur leur paume un mot était gravé : 
    EXIL.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Marx et la poupée - Maryam Madjidi -

    Abbâs, c’est une étoile filante : il n’aura pas une longue vie parce que son cœur, un jour, ne pourra plus contenir tout cet amour à donner. Un jour, son cœur explosera et j'espère que le monde sera éclaboussé de son amour. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Marx et la poupée - Maryam Madjidi -J'aurais aimé ramasser les lambeaux de tes rêves, les sauver, les enfiler comme des perles dans ma guirlande de mots à moi, et l'accrocher au sommet d'un arbre pour que ça bouge et vive encore.
    Te réveiller. Te ressusciter. Noircir tes traits, mettre du rouge sur tes joues, sur tes lèvres, t'injecter de la vie pour que tu chantes, tu ries, tu cries mais à rien faire, tu te diluais silencieusement dans une eau imaginaire.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Interview Leïla Slimani - Lire, mars 2020 -

    J'ai toujours espoir, et pour une raison très simple, c'est que, sans espoir, on ne peut pas se battre. Pour moi, l'optimisme est presque un devoir politique. Quand on a vu ce qu'est le terrorisme, ce qu'est l'islamisme. Car qu'est-ce que le terrorisme ? C'est l'idée que vous devez avoir peur et qu'il n'y a pas d'espoir. C'est faire de vous un être pessimiste. Donc je suis optimiste par conviction, parce que je refuse d'adhérer à leur vision du monde, dans laquelle je serais supposée avoir peur. Je n'ai pas peur et j'ai de l'espoir, ce qui est, pour moi, une forme de défi vis-à-vis des islamistes. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique