• De silence et d'ombre - Jean-François Zimmermann -Projetée par la lumière blonde de la lune, mon ombre épouse les murs et me suit fidèlement. Chouettes, hiboux et ducs affirment leurs droits dans ces espaces d’ombre, par leurs hululements inquiétants. On raconte que les âmes oubliées de certains disparus les utilisent pour interpeller les vivants. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Personne ne peut dire pourquoi cela arriva, ni comment. Il s'agit peut-être du déchaînement d'un phénomène naturel qui effaça nos souvenirs, ou alors nous transgressâmes une loi d'une puissance inconnue qui nous châtia pour cela. Ou alors, simplement, l'homme se le fit à lui-même.

    Comme de petits enfants, réduits à un niveau à peine supérieur à celui d'animaux, nous errâmes pendant des siècles tandis que notre civilisation infatuée s'écroulait autour de nous. Tout devint ruines. Les ruines se désagrégèrent en poussière. La poussière se dissipa ensuite sous le vent.

    À cette époque, le monde avait un autre nom. Mais il ne reste personne qui s'en souvienne.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Anima, Ceux qui marchaient parmi nous - Carlos B. Garcia Aparicio -

    Nous avions tort. Nous avons toujours eu tort.
    Nous pensions, dans notre orgueil, que nous gouvernions ce monde.
    Mais nous avions simplement oublié, renié la vérité.
    Ou nous ne voulions pas la voir.
    Ils étaient là, à nos côtés. Issus des contes de fées.
    Des cauchemars. Tout était vrai.
    Nous n'avons fait que leur emprunter le temps de notre existence, et ce temps, touche à sa fin.

    Bientôt ils reviendront.
    Eux...

    Ceux qui marchaient parmi nous.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • La liste de mes envies - Grégoire Delacourt -

    Moi, les mots, j'aime bien. J'aime bien les phrases longues, les soupirs qui s'éternisent. J'aime bien quand les mots cachent parfois ce qu'ils disent ; ou le disent d'une manière nouvelle.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le Village - Dan Smith -

    Les hommes comme Dimitri ne sont que des lâches. Ils en excitent les foules, ils attisent leur rage, et ensuite, une fois qu'elles ont commis l'irréparable, ils prennent leurs distances et prétendent que ce n'était pas leur faute.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique