• La poésie se donne au coeur... - Guy Goffette -La poésie ne raisonne pas, elle résonne ; elle ne se laisse pas prendre aux aux pièges de la pensée, de l'intelligence, de l'imagination, de la volonté, mais elle se donne au cœur qui la désire et se reçoit cinq sur cinq comme un coup de poing, un cri d'oiseau dans le matin, la caresse du vent, l'irruption de la beauté dans la boue, la pluie après la canicule, tout ce que vous voudrez. D'un coup la voici qui se met à parler comme personne dans votre voix et à votre place, comme si elle vous connaissait de toujours, comme si vous l'aviez écrite dans une autre vie et oubliée sur le bord de vos jours. Dans ce sens, la poésie est faite par tous et pour tous.

    Page39 se poursuit dorénavant sur Wordpress...

    J-4 sur Eklablog.
    Si vous voulez continuer à me suivre, ce sera ici :

    Un nouveau départ pour Page39

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Interview Colson Whitehead - Lire, septembre 2017 -

    Voilà plus de quinze ans que j'avais cette idée. Enfant, en entendant parler du chemin de fer clandestin, j'imaginais que c'était un vrai chemin de fer. Le fait de transformer cette métaphore en quelque chose de réel me permettait d'avoir plusieurs mondes alternatifs, qui étaient autant de visions et de réflexions transversales : les races, l'eugénisme, les expérimentations animales...

    Page39 se poursuit dorénavant sur Wordpress...

    J-5 sur Eklablog.
    Si vous voulez continuer à me suivre, ce sera ici :

    Un nouveau départ pour Page39

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Les images, les captures d'écran, les photographies numériques retouchées, la surinformation, la désinformation, la déformation se sont emparées du temps, de la totalité du temps. Mais ce temps se heurte à un autre temps, un temps suspendu : le temps de la peinture, en l’occurrence celui de la peinture d'Edward Hopper.

    Qu'importe ses cadrages "cinématographiques", sa soi-disant "narration", nous voilà tout à coup physiquement immobiles devant son immobilité à lui, devant ses images qui ne bougent pas, et ne bougeront jamais.

    Page39 se poursuit dorénavant sur Wordpress...

    La semaine prochaine, il n'y aura plus de publication sur Eklablog.
    Si vous voulez continuer à me suivre, ce sera ici :

    Un nouveau départ pour Page39

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  Pain amer - Marie-Odile Ascher -J’écris un peu comme le naufragé lance une bouteille à la mer, sans savoir qui lira le message. Qui, en effet, lira mes mots ? Ni Elena, ma fille unique, ni Alexandra, sa propre fille, ne s’intéresse à mon passé, mon mari, étranger à toute cette histoire, non plus. Mais demain, qui sait... ?

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  La divine comédie - Dante -

    Tu seras obligé d’abandonner ce qui te sera le plus cher ; c’est la première flèche de l’exil.
    Et tu apprendras combien le pain de l’étranger est amer.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique