• 10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange - Elif Shafak -Istanbul est sans aucun doute une belle ville, mais cela ne veut pas dire qu'il est facile d'y vivre. Malgré son histoire ancienne, c'est aussi une ville d'amnésie ou tout est constamment effacé. C'était mon rôle de donner la parole à ceux qui ont été relégué aux marges. Et il y en a beaucoup. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • L'institut - Stephen King -La vieille femme s'appelait Marjorie Kellermann et elle tenait la bibliothèque de Brunswick. Elle appartenait également à un truc qui s'appelait l'Association des bibliothèques du Sud-Est. Une association qui n'avait pas un sou, précisa-t-elle, "parce que Trump et ses potes ont tout repris. Pour eux, la culture, c'est comme l'algèbre pour un âne". 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Vent d'hiver - CarlNorac, Gerda Dendooven -

     

    L'hiver est comme tout le monde.
    Il n'aime pas le froid. Mais c'est son boulot, voilà.
    A l'école, il voulait faire printemps, mais c'est un métier encore plus rare. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • L'appel de la forêt - Jack London - Les habitudes immémoriales, inscrites dans ses gènes, reprirent possession de Buck. Elles s'imposèrent à lui aussi naturellement que s'il n'en avait jamais connu d'autres. Et quand, dans le silence des ténèbres glacées, ses hurlements de loup montaient jusqu'aux étoiles, interminablement, c'étaient ses ancêtres que l'on entendait et qui hurlaient, hurlaient, du plus profond de la nuit des temps : les mêmes cadences sauvages, les mêmes rythmes lancinants, et cette mélopée terrible du malheur, née du froid, du noir, et du silence.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La dictatrice - Diane Ducret -

    Immobile au milieu de l'agitation, la femme à l'anorak observe la scène horrifiée. Les hommes sont devenus fous. Elle cherche des yeux la petite fille. Elle observe, impuissante, tenant fermement la pierre dans sa main.
    Le morceau de granit s'échappe de ses doigts et se lance à folle allure vers l'estrade sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte.
    L'arcade sourcilière du président polonais se brise comme un morceau de verre, il s'effondre au sol. Les services de sécurité jaillissent de l'estrade à la recherche du coupable. Les matraques pleuvent, les sirènes hurlent. Le feu, des cris. Tout le monde avait oublié qu'une simple pierre peut détruire une cité. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire