• Le long désir - Ananda Devi - Je veux rejoindre mon étoile. Je veux la parcourir de vie et laisser des traînées de sang sur le miroir des sentiments parce que c'est pour cela que l'on est, par pour un sourire pâle d'aube déjà mourante à peine levée, pas pour un soupir crépusculaire que rien de plus sombre que le repas du soir ne tourmente, pas pour un avenir de pain rassis de rêves réduits de chair amortie d'enfants partis

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Il me revient - Barbara - Il me revient en mémoire,
    Je ne sais pas,
    Comme un songe,
    Cette histoire.
    Et voilà qu´au loin,
    S´avance
    Mon enfance,
    Mon enfance.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • De silence et d'ombre - Jean-François Zimmermann -Projetée par la lumière blonde de la lune, mon ombre épouse les murs et me suit fidèlement. Chouettes, hiboux et ducs affirment leurs droits dans ces espaces d’ombre, par leurs hululements inquiétants. On raconte que les âmes oubliées de certains disparus les utilisent pour interpeller les vivants. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Personne ne peut dire pourquoi cela arriva, ni comment. Il s'agit peut-être du déchaînement d'un phénomène naturel qui effaça nos souvenirs, ou alors nous transgressâmes une loi d'une puissance inconnue qui nous châtia pour cela. Ou alors, simplement, l'homme se le fit à lui-même.

    Comme de petits enfants, réduits à un niveau à peine supérieur à celui d'animaux, nous errâmes pendant des siècles tandis que notre civilisation infatuée s'écroulait autour de nous. Tout devint ruines. Les ruines se désagrégèrent en poussière. La poussière se dissipa ensuite sous le vent.

    À cette époque, le monde avait un autre nom. Mais il ne reste personne qui s'en souvienne.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • C’est à une véritable traque que nous convie Dan Smith dans le village. Dans les steppes ukrainienne, sous un paysage de neige et de glace, Luka part, avec ses deux fils et son beau-frère, à la recherche d’un voleur d’enfant. La petite Dariya a été enlevée peu après le massacre d’un homme que Luka avait trouvé dans la neige, mourant, traînant derrière lui un bien triste équipage : les corps de deux enfants mutilés, vraisemblablement dépecés pour se nourrir de leurs chairs. Luka n’a plus qu’une obsession, arriver à temps pour sauver la gamine… Mais voilà, le voleur d’enfant apprécie ce jeu macabre et bien vite, on ne sait plus qui est chasseur ou chassé…

    Nous sommes encore des êtres humains. Quoi que nous fassions, quoi que nous voyions, quoi qu’il arrive dans ce pays, il ne faudra pas l’oublier. Nous sommes encore des êtres humains. Il ne faudra jamais l’oublier. Parce que si nous oublions ça, tout sera perdu.

    Le Village - Dan Smith -

    C’est un livre d’atmosphère, plus que d’action, mais ce n’est pas pour autant qu’on arrive à s’en détacher plus facilement. Son propos marque et dérange : j’avoue qu’en règle générale, je n’apprécie pas les récits qui mettent en scène la douleur, et encore moins la torture d’un enfant et si en plus, vous y rajouter le cannibalisme, je suis plutôt certaine de fuir… Mais là, je me suis laissée vraiment prendre au collet par ce récit : Il y a une montée en puissance de l’angoisse qui est vraiment bien dosée et maîtrisée par l’auteur, qui vous met rapidement mal à l’aise, mais cela a été plus fort que moi : il fallait que je sache si Luka allait réussir à ramener Dariya chez elle. Si vous avez lu Le village, vous mesurez la naïveté qui est la mienne. Si ce n’est pas encore fait, je vous laisse découvrir tout ce que je ne peux vous dire…

    Il fallait que je voie les visages de ces hommes qui venaient de me donner tout ce qu'ils avaient. Des hommes qui ne savaient rien de moi et qui pourtant m'offraient tout. Et je fus frappé par le fait que, même en des temps aussi durs, il pouvait exister de brefs moments de douceur qui nous élevaient au-dessus de la fange et de la mort.

    ¤ ¤ ¤

    Le Village - Dan Smith -

    4ième de couv :

    En 1930, dans le village ukrainien de Vyriv. Luka, vétéran de la guerre de Crimée et ses deux fils recueillent un homme inconscient qu'ils trouvent dans la steppe enneigée. Dans son traîneau gisent deux corps d'enfants atrocement mutilés. La panique s'empare des villageois...

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire