• « Et que l'on estime perdue toute journée où l'on n’aura pas dansé au moins une fois. » Nietzsche

     Nadia Vadori-Gauthier : une minute de danse par jour

    "Une minute de danse par jour aura un an en janvier 2016.

    Depuis plusieurs mois vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ces danses et à soutenir le projet en m’envoyant des commentaires, des petits mots chaleureux ou en postant des danses sur ma page.

    En janvier 2016, cela fera un an depuis les attentats de Charlie Hebdo et un an que je me suis engagée dans un acte de résistance poétique qui consiste à agir au quotidien une présence sensible dans le monde : Je danse une minute et quelque, tous les jours, dans les états et les lieux dans lesquels elle se trouve, et la poste en ligne le jour-même. Je danse en intérieur ou en extérieur, dans des endroits publics ou privés, seule ou avec d’autres, des inconnus ou des gens que je connais et parfois des amis.
    Je danse comme on manifeste, pour œuvrer à une poésie vivante, pour agir par le sensible contre la violence de certains aspects du monde.
    C’est la réponse que j’ai trouvé pour m’impliquer en acte à ma mesure, dans une action réelle, répétée, qui puisse déplacer les lignes, faire basculer le plan ou osciller la norme.

    J’ai été également également inspirée pour ce projet d’une phrase de Nietzsche tirée de Ainsi parlait Zarathustra et qui dit : « Et que l'on estime perdue toute journée où l'on n’aura pas dansé au moins une fois. »
    ça veut dire pour moi qu’il s’agit de vivre, qu’il s’agit de vivre en mouvement, de rester en mouvement.

    J’ai été également accompagnée dans l’élaboration de ce projet par un proverbe chinois : « Goutte à goutte l’eau finit par traverser la pierre. ». Cela veut dire qu’une action minime et répétée peut finir par avoir un grand effet.
    La goutte d’eau, ce sont les danses, quotidiennes, interstitielles, sans armes ni sans boucliers. et la pierre, c’est un certain durcissement du monde(communautarismes, hiérarchies, consumérismes, dogmatismes), et aussi la désolidarisation d’avec la nature et le manque d’une dimension poétique active au quotidien. 

    Alors pour moi , une minute de danse par jour, c’est un engagement esthétique, c’est à dire de la sensibilité, un engagement poétique, éthique et microlitique, qui est radical à la petite échelle qui est la mienne.

    Je continue à danser tous les jours, en pensant à vous, pour œuvrer à une place plus sensible dans le monde, pour qu’il y ait des circulations entres les cases, les catégories, les corps.
    Je parie que c’est possible.

    Chaque jour, tout recommencer à zéro, comme s’il n’y avait jamais eu aucune danse ; tout est à refaire, le corps, la danse ; tout est à danser, à redanser, pour une minute et quelque.
    Danser la vie qui passe et qui vibre dans les interstices du quotidien

    Goutte à goutte l’eau finit pas transpercer la pierre."

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Quand Marie Poppins s'envole aux États-Unis pour vivre sa passion au pays du Hip-Hop, sans perdre de vue les petites perles qui naissent de France, cela donne ça :

     

     Chorégraphie : Marie Poppins
    Danseuses : Marie Poppins @mariepoppinsdancer
    Sumi @poppinsumi
    Lily Frias @lilyfdk

     

    Je ne sais pas vous, mais moi, j'adore ! Le son n'est pas tip top ! Mais peu importe, rien que d'entendre tout ce petit monde s'éclater sur les sublimes voix des L.E.J, les yeux rivés sur cette choré d'une telle justesse qu'on en viendrait presque à penser que les L.E.J chantent pour elles !!

    Marie Poppins trace son chemin et le bon, avec cette élégance toute frenchy qui la caractérise. Comme quoi, quand on s'accroche à ses rêves...

    Curieux, allez jeter un œil, ici :

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Chorégraphie : Zack Benitez

    Danseurs : Tamara Marthe (Shy'm)
                         Zack Benitez

    Medicine

    Pick it up, pick it all up
    And start again
    You've got a second chance
    You could go home
    Escape it all
    It's just irrelevant

    It's just medicine
    It's just medicine

    You could still be
    What you want to
    What you said you were
    When I met you

    You've got a warm heart
    You've got a beautiful brain
    But it's disintegrating
    From all the medicine
    From all the medicine
    From all the medicine
    Medicine

    You could still be
    What you want to be
    What you said you were
    When you met me

    You could still be
    What you want to
    What you said you were
    When I met you
    When you met me
    When I met you
    (Medicine, medicine, medicine, medicine)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Wenn ich morgens nach Haus komm
    dann fall ich in ein Loch
    aus dem ich schwer wieder raus komm
    es gelingt mir noch
    doch

    Bin die, die viel redet
    mal mit, mal ohne Sinn
    ich bin die, die immer da ist
    selbst wenn ich schon gegangen bin
    wie lang kann ein Mensch tanzen?
    wieviel Kraft hat ein Lied?
    will auch ein Stück vom Ganzen
    ich will jetzt, hier, dass mein Wunder geschieht
    ich bin die, die das Licht löscht
    als einzige noch brennt
    ob das jemand je sehen wird?
    ob das jemals einer erkennt?

    Vielleicht hab ich zu lang getanzt
    vielleicht hab ich den Zug verpasst
    ich hab auch nie einen Baum gepflanzt
    ich hab das wahre Leben so gehasst
    ich war die Erste
    wenn die Party beginnt
    ich bin die Letzte
    ich bin immer der Schluss
    ich fürchte mich
    die nächste Nacht verrinnt
    meine Waffen sind stumpf
    das lässt sich kein Schuss

    Wie lang kann ein Mensch tanzen?
    wieviel Kraft hat ein Lied?
    will auch ein Stück vom Ganzen
    ich will jetzt, hier, dass mein Wunder geschieht
    ich bin die, die das Licht löscht
    als einzige noch brennt
    ob das jemand je sehen wird?
    ob das jemals einer erkennt?
    wer will mich
    wenn ich nicht lustig bin?
    wer will mich
    wenn ich mein Kleid verlier?
    wer will mich
    wenn ich nichts zu sagen hab?
    wer will mich
    wenn ich mich nicht ertrag
    wer will mich
    oh
    wer will mich
    oh
    wer will mich
    oh
    sie nahmen mich nur
    weil es keine andere gab

    Wie lang kann ein Mensch tanzen?
    wieviel Kraft hat ein Lied?
    will auch ein Stück vom Ganzen
    ich will jetzt, hier, dass mein Wunder geschieht
    ich bin die, die das Licht löscht
    als einzige noch brennt
    ob das jemand je sehen wird?
    ob das jemals einer erkennt?

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Chorégraphe : Talia Favia
    Danseurs : Courtney Schwartz  - Chaz Buzan
    Musique :  - James Bay

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique