•  Ici, il ne sera pas question du mari de la Lady, mais d'Ohad Naharin, chorégraphe et directeur de la troupe israélienne  Batsheva Dance Company.

    Devenu danseur "sur le tard", à 22 ans, Ohad Naharin a voulu atteindre à autre chose que ce qu'on lui transmettait par l'apprentissage de la danse contemporaine occidentale, et dans lequel, il se sentait contraint.
    Cette recherche qu'il a menée sur le mouvement est née d'une plus grande attention à soi, tout en maintenant ouvert l'esprit, aux autres et à l'espace qui nous entourent. Cette technique de danse qu'il a créé, il l'a baptisée "Gaga" !
    Rien à voir donc, avec une certaine Lady du même nom !

    A quoi fait donc appel la danse Gaga ?

    A toute notre énergie explosive, notre extrême sensibilité, fragilité et nos "relâchements" ou faiblesses également, que nous maintenons bien ficelés aux tréfonds de nous-mêmes et qui ne demandent qu'à s'extérioriser. Ce qui ne veut pas dire forcément exploser. Il faut trouver le juste équilibre entre l'instinct et l'intelligence, la force physique et la fragilité émotionnelle, dans un mouvement qui a pour fin simplement : l'épanouissement et la beauté.


    Coordonner toute cette spontanéité de mouvements contradictoires, en se jouant de l'apesanteur, toujours sur le fil,
    mais sans en abuser, sans en être esclave : Voilà le secret de Mister Gaga... 

     ¤ ¤ ¤

    Mr Gaga, sur les pas d'Ohad Naharin, Bande annonce :
    Documentaire - sortie nationale le 1er juin
    .

     ¤ ¤ ¤

    Et comme j'adore, un petit dernier pour la route !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Danseurs : Amber Doyle
                        Travis Knight
                        Airen Koopmans
                        Sonoya Mizuno
                        Louis McMiller

    Chorégraphe : Paolo Mangiola

    ¤ ¤ ¤

    Tell No One c'est Luke White et  Remi Weekes.
    E
    n mélangeant l'art et la technique, ils utilisent la vidéo pour travailler sur l'image, l'espace et le corps.
    Leurs films associent poésie et précision. Ils expriment toujours la beauté avec une légèreté incroyable.

    Ils ont dirigé des films de pub sur la mode avec
    AnOther Magazine ou Nowness et d'autres encore. Ils ont gagné Le Young Director Award aux Lions Cannes en 2012 avec leur film "la Fleur Dynamique".

    Leur travail a été exposé et vu dans des institutions célèbres ou plus modestes, dans le monde entier, du Musée Guggenheim de New York à l'Institut du Film britannique, de Londres.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Oui, je sais ! C'est Lundi chômé et comme hier, le temps est à la pluie...
    Alors se dire que logiquement, à c'te heure, on devrait être au boulot, les yeux sur nos écrans ou la tête dans les chiffres, les contrats ou que sais-je d'autre encore ?

    Se dire que cette semaine qui s'annonce est amputée d'une précieuse journée : celle-ci ! Et qu'on compte bien en profiter, même si...

    Alors, faîtes comme Justin Lawrence Hoyt : Éclatez-vous ! Sous la pluie, la neige, le vent, le ciel rétréci ou le soleil tout juste sorti de son nid... Mais Éclatez-vous !

    Je ne sais pas vous, mais ce type me met une pêche d'enfer !

    Bonne journée à toutes et tous !

     

    No one

    I just want you close
    Where you can stay forever
    You can be sure
    That it will only get better
    You and me together
    Through the days and nights
    I dont worry cause
    Everythings gonna be alright
    People keep talking
    They can say what they like
    But all I know is everything's gonna be alright

    No one no one no one
    Can get in the way of what I'm feeling
    No one no one no one
    Can get in the way of what I feel for you
    You you
    Can get in the way of what I feel for you

    When the rain is pouring down
    And my heart is hurting
    You will always be around
    This I know for certain

    You and me together
    Through the days and nights
    I dont worry cause
    Everythings gonna be alright
    People keep talking
    They can say what they like
    But all I know is everything's gonna be alright

    No one no one no one
    Can get in the way of what I'm feeling
    No one no one no one
    Can get in the way of what I feel for you
    You you
    Can get in the way of what I feel for you

    I know some people search the world
    To find something like what we have
    I know people will try
    Try to divide
    Something so real
    So till the end of time
    Im telling you that

    No one no one no one
    Can get in the way of what I'm feeling
    No one no one no one
    Can get in the way of what I feel for you
    oh oh oh....

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Parce que la danse

    Parce que le sable et la mer

    Parce que Xavier Dolan

    Parce que : "On l'a fait combien de fois ? Combien de fois allons-nous devoir le faire ?"

    Parce que c'est tellement ça !

    Concours organisé par Magnum et remporté par Andrew Cummings.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Sur scène, les cases noires et blanches d'un échiquier vieilli, usé, comme abandonné, entre les fils et sur le ring : le Quatuor Debussy. Présence scénique des musiciens, véritables acteurs et collaborateurs de ce projet un peu fou de Mourad Merzouki, au sein de la Compagnie Kafig : "Boxe Boxe" entre Musique classique, Hip-Hop et sport de combat.

    Curieux, me direz-vous ? Pas tant que cela ! J'ai mémoire d'Alexis Philonenko, philosophe, nous décrivant cet espace clos du ring, symbole d'une violence sacralisée, entre dégoût et fascination qui remonte au Pugilat de l'Antiquité, pour finir en combat des nations.

    Comment voir dans la boxe et ses affrontements "de brutes", un univers esthétique ?

    Dans une interview de 2008 au Figaro, à propos de son livre sur Mohamed Ali, Alexis Philonenko disait ceci :

    "Je l'ai rencontré à Miami en 1959. Il boxait encore en amateur. Il avait 18 ans. Il mesurait déjà 1,90 m mais ne pesait pas encore 94 kg, qui sera plus tard son poids de forme. Je l'ai vu boxer incognito et c'était fabuleux. Il dansait. J'ai assisté à une valse sauvage, c'était inouï."
    - Mohammed Ali. Un destin américain -

    Présentation sur Arte, dans Métropolis :

    Cocteau, qui avait pris sous son aile le grand champion noir Al Brown, tombé dans la drogue et la misère, écrivait :

    « Je m'étais attaché au sort de ce boxeur parce qu'il représentait une sorte de poète, de mime, de sorcier qui transportait entre les cordes la réussite parfaite d'une des énigmes humaines : le prestige de la présence".

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique