• Il guette dans sa peinture.
    Il guette dans sa fenêtre rectangulaire comme le hibou, la nuit, dans les quelques mètres cubes du silence qui l'enveloppe, la proie qui se déplace dans les quelques mètres carrés où il règne.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'enfant d'Ingolstadt - Pascal Guignard -- La nuit, j'ai peur.
    Voilà ce que répondit Richelieu. Le ministre n'indique rien de plus au musicien qui désormais l'accompagne partout. Des chevaux le hantaient. Des chevaux surgissaient dans le silence de chaque nuit, marchaient sur les morts qu'il aimait. Ils se cabraient tout à coup. Quand ils se mettaient à hennir au cours du songe, aucun son ne sortait de leurs grands visages. Simplement, debout sur leurs jambes arrière, la bouche grande ouverte, ils appuyaient très fort avec leurs sabots et leurs fers sur ses côtes, sur son ventre, sur ses poumons. Ils opprimaient son souffle. Il se réveillait en sueur, dans un état de panique indescriptible. Aussitôt il appelait le musicien à son chevet.

    Richelieu dit un jour à sa nièce :
    J'ai besoin que quelqu'un, la nuit, me vienne consoler du silence que les étoiles font.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Reste à l'écrivain... - Joseph Andras -

    Le journaliste examine, l'historien élucide, le militant élabore, le poète empoigne ; reste à l'écrivain de cheminer entre ces quatre frères.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • index– A mon époque on interdisait le décaméron de Boccace, et bien d’autres livres « induisant en erreur » comme le décrétait l’Église.
    – Ben aujourd’hui c’est à peu près les mêmes qui veulent nous dicter nos lectures l’origine des espèces de Darwin le festin nu, de Burroughs, Lolita de Nabokov, Beloved de Toni Morisson, ou l’amant de Lady Chatterley sont dans le viseur des censeurs. Et j’en oublie.
    Des grands penseurs, appuyés par des armées de culs-bénis, sont prêts à envoyer des drones dans les bibliothèques pour détruire les bouquins qui les indisposent. Et
    les bibliothèques, c’est pas assez ! Ils s’incrustent jusque dans les écoles. Par exemple, les manuels scolaires qui expliquent la théorie du Big Bang en tant qu’origine de la vie sur terre sont retirés. 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • indexQue l’on cherche de nouveaux rêves ou qu’on en redécouvre d’anciens, on ne peut pas avancer sans regarder en arrière. (…) Le passé nous enseigne une leçon simple mais fondamentale : il pourrait en être autrement. L’organisation de notre monde n’est pas le résultat de quelque évolution axiomatique. La situation actuelle pourrait tout aussi bien être le résultat des tours et détours banals et pourtant essentiels de l’histoire.
    En matière de progrès ou d’économie, les historiens ne croient pas en des lois absolues. Le monde n’est pas gouverné par des forces abstraites, mais par des gens qui projettent leur propre trajectoire. C’est pourquoi le passé ne met pas seulement les choses en perspective. Il peut galvaniser notre imagination.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires