• Partie 2 : Hazya, arrivée Rouen RG - Liza Helle -

    Hazya arrive tout juste. Deux heures d'avance, ses sacs sur les bras qui pèsent des tonnes et une envie folle de se pauser, se réchauffer et avaler un café brûlant. Juste avant...

     

    Hazya jette un regard circulaire autour d’elle et s’étonne : “Les rues et les trottoirs sont vides de monde. A croire, qu’ils sont tous passés sur l’autre rive au petit matin. Restent les vieux et les chiens. Et moi, au milieu de tout cela.”
    Elle traverse la rue, s’approche du troquet et pousse la porte doucement. Quelques retraités au comptoir sirotent ce qu'il y a dans leurs tasses à grand renfort de petits bruits d'aspiration. Elle aperçoit une petite dame toute grise et ronde, qui croque à pleines dents dans un croissant dégoulinant de café. Hazya repère une table au fond du bar et s’installe, empilant toutes ses affaires sur la chaise vacante à côté d’elle. Les habitués se retournent d’un même élan, qui se voudrait discret. Le patron l’interpelle sans bouger ses grosses fesses du mur.  Arrimé au comptoir, il attend sa commande. Sans surprise :
    - un café, s’il vous plaît.
    Hazya sait déjà qu’il ne sera pas bon. L’odeur du robusta emplit toute la pièce. “Bien sucré et avec un peu de chance, il arrivera bien à passer. Qu’il soit bien chaud et fort ! Le reste, je m’en moque.” Elle sort l’un des deux livres qu’elle a pu prendre juste avant qu’ils… enfin, juste avant.
    Ne pas penser à la Route des Flandres, restée sur l’étagère de sa bibliothèque et que personne ne lira plus jamais. Oublier les notes dans la marge, les passages surlignés, lus et relus, à user les yeux, user les mots, à trouer les pages de papier et le cœur, déjà si fins. “Les chiens ont mangé la boue.” Et voir les gueules à faire peur avec leurs crocs acérés broyer la boue qui suinte de chaque côté des babines. “Leurs dents froides et blanches de loups mâchant la boue noire dans les ténèbres de la nuit”. Dans les ténèbres de la nuit, qui les veillera les loups, sans les yeux qui courent sur les mots de Claude Simon, enfermés à jamais dans les pages des éditions de Minuit ? Qui les maintiendra en vie ?
    Ne plus penser à la Route des Flandres. Ouvrir Schopenhauer. Se dire qu’il faut avancer dans la lecture imposée. Se laisser séduire par ce monde comme volonté et comme représentation. Sentir dans sa chair la réalité du vouloir-vivre ! Se dire Schopenhauer et oublier Claude Simon, oublier la boue, oublier les chiens et avancer. Un pas. Et puis l’autre. "Avancer, Hazya ! Avancer…"

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Avril 2016 à 10:07

    J'aime beaucoup! 

    Alors finalement, ce NaNoWriMo? Tu as pu le faire? Je ne me suis jamais lancée dedans, je ne réussirai pas à tenir les échéances. Mais j'aime beaucoup le concept!

      • Samedi 16 Avril 2016 à 19:32

        Oui ! 50 048 mots ! Quelle Nanogalère ! Et pourtant, quel bonheur !

        Un rythme de fou pendant 1 mois, je confirme ! Toute ma vie a tourné autours de ce défi d'écriture. Levée 6h00 pour écrire 1 heure avant d'aller bosser. Griffonnage sur tout bout de papier qui avait le malheur de se trouver sous mes yeux, et changement de format du carnet qui ne sort jamais de mon sac (brides de mots notées au passage)... Aussitôt arrivée le soir, mon cher et tendre qui rentre plus tôt que moi, m'allumait mon ordi et me préparait une cafetière, et non stop jusqu'à parfois une ou deux heures du mat (le week end) et rebelote le lendemain...

        Le plus drôle, c'est qu'aujourd'hui j'en ai sabré au moins la moitié ! sarcastic
        Mais c'est une expérience que je vais sûrement renouveler cette année. Après, chacun va à son rythme et les 50 000 ne sont pas une fin en soi. Le but est de se lâcher, oser, laisser couler les mots, en faisant taire, une bonne fois pour toute, le grand censeur-inquisiteur intérieur. Et au final, il ne revient plus si facilement. Ou alors, on a appris à écrire avec ! smile

        Mon dieu, ce n'est plus un commentaire, c'est un post complet. D'ailleurs, je voudrais en faire un pour présenter un peu le Nano, mais pas trouver le temps, encore.

        Si tu as le courage : quelques extraits ici. (c'est du brut de brut, archivés oops)

      • Samedi 16 Avril 2016 à 23:10

        Je suis allée lire, bien tranquille avec ma tisane de grand-mère, et un sentiment qui se confirme, j'aime beaucoup ta plume! J'ai vraiment avoué... Ton style me "parle" énormément. Finalement tu en as fait quoi?

         

        J'admire la rigueur qu'il vaut pour tenir ces délais. Impossible pour moi. J'aurais aimé, mais non, je dois me résigner. Alors j'écris quand je peux, graillant du temps là où j'en trouve. Et la tâche est vraiment ardue... 

    2
    Dimanche 17 Avril 2016 à 13:07

    Merci Livre-vie d'avoir pris le temps de me lire (et je sais que tu n'en as pas tant...). C'est bien d'avoir un avis "extérieur".
    Je continue à écrire : je reprends, rature, efface... j'aimerai bien pouvoir aller au bout de mon idée et en être satisfaite, mais ça, c'est une autre histoire. smile

    3
    Dimanche 17 Avril 2016 à 21:10

    Oui là... La satisfaction... Si tu trouves la recette, je suis preneuse! Parce que c'est le plus compliqué ça!

      • Dimanche 17 Avril 2016 à 21:30

        ah, oui, c'est pas le plus simple... J'ai pas de recette, mais si j'en trouve une, promis, je partage ! ;-)

    4
    Siabelle
    Jeudi 7 Juillet 2016 à 02:38

    Je lis un aperçu de ce que tu nous montres, j'aurais bien aimé lire la suite. Et puis, as-tu fais un pas, un après l'autre ? C'est un peu, comme quand on écrit, on y va mot après mot. Il m'arrive de le faire car je n'ai pas toujours l'inspiration.
    Je t'encourage à continuer ton écriture, et de nous en  faire profiter de ta plume. Tu possèdes vraiment un talent et exploite le !   J'aurais bien aimé savoir la suite. C'est tout un défi que tu as réussi. Vas-tu le refaire cette année ?  

      • Jeudi 7 Juillet 2016 à 18:31

        Merci Siabelle ! La suite viendra, j'y travaille régulièrement mais je suis plus d'un naturel "tortue" que "lièvre". smile

        Pour l'instant, j'ai délaissé Hazya pour me consacrer à Niloufar.

        Je vais recommencer cette année, mais en "NaNoRebelle", c'est-à-dire que je vais continuer à travailler sur ce projet. Je ne pourrais de toute manière pas me plonger dans un autre univers, tant que je n'aurais pas quitté celui-ci... sarcastic

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :