• Où qu'on va après ? - Chantal Dupuy-Dunier -

    Où qu'on va après ? - Chantal Dupuy-Dunier -Quarante sept pages de bonheur. Je ne sais si c'est vraiment bien de commencer ainsi pour vous parler de la mort ; mais si vous ouvrez Où qu'on va après ? il y a de grandes chances pour que vous pensiez comme moi.

    Chantal Dupuy-Dunier, elle, ne se pose pas la question. Elle fonce. Elle n'a pas tort, vous me direz. La vie c'est court. Et :

     

    La mort,
    c'est simplement : Ça dort.

    Tout ce qui vivait,
    tous ensemble
    les fleurs
    les chats

    les hommes...

    (...)

    Cette sorte de sommeil
    d'où on ne se réveille jamais.

    Ce genre de choses qu'on ne dit jamais aux mômes. C'est trop petit un enfant. Ça peut pas comprendre. Et puis, c'est fragile. Faudrait pas le casse l'abîmer, le fêler... Parce que bien sûr, quand on est grand, la mort, ça passe tout seul. Pour ceux qui restent, bien sûr, ça coule et ça ruisselle sans traces et sans bosses sous la carapace. D'un coup, on comprend tout. C'est sûr ! Où qu'on va après ? - Chantal Dupuy-Dunier -

    Si vous ne croyez pas à cela, il vous reste Où qu'on va après ?

    Pour la rose, la chèvre de Monsieur Seguin, le vieux monsieur du 5ième, le petit gosse d'en face et même Monsieur Seguin : C'est idem.

    Ils meurent tous les hommes.
    Ils se retrouvent un jour tous ensemble.

    Ça me fait tout drôle quand j'y pense :
    rejoindre au creux d'une poignée de terre
    des gens qui auraient jamais voulu
    me serrer la main de mon vivant

    Mais n'allez pas croire qu'avec ça, vous allez traumatiser la petite prunelle de vos yeux. C'est cru, c'est net, c'est dit. Mais c'est aussi plein d'humour et de belles images (superbes illustrations d'Elena Ojog, tout en finesse, couleur sépia) qui n'enlèvent rien à la poésie et au petit brin de philosophie qui pointe le bout de son nez.

    Et la mémoire dans tout ça ?
    La conscience ?
    L'esprit ? L'âme ?

    Et c'est à la fois tellement plus que tout ça, que j'ai l'impression de survoler toute la richesse de ces quarante sept petites pages.
    Alors... vous laissez les découvrir.

    Je vous l'ai déjà dit :
    j'suis poète, moi, pas scientifique.
    Voudriez pas que je sois philosophe en plus !

    Où qu'on va après ? - Chantal Dupuy-Dunier -

    ¤ ¤ ¤

    Où qu'on va après ? - Chantal Dupuy-Dunier -

    4ième de couv :

    Les animaux, les petits, les gros, ils meurent pas toujours des mêmes causes mais ils meurent tous, même le loup, même les puces sur le dos du loup de la chèvre de Monsieur Seguin (et même Alphonse Daudet, l'inventeur de la chèvre, il est mort. Mais j'anticipe... ).

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :