• Les pieds sur terre - Ellen MacArthur -

    Sur les pontons, les skippers étaient sous pression. Il fallait dire au revoir, sachant que même si tout se passait bien, on ne reverrait enfants et proches que dans trois mois. Pour certains c'était presque trop, leurs regards en disait déjà long : je pouvais deviner qui s'était déjà coupé du monde et se concentrait sur sa course, qui au contraire s'accrochait du bout des doigts à la dernière accolade, au dernier sourire, au dernier regard avant de quitter la terre ferme et son confort. Avant même que la course n'ait commencé, ils retenaient leurs larmes, se confrontant à la réalité de la douleur lisible sur les visages de ceux qu'ils laissaient derrière eux, tout en sachant qu'ils vivaient leurs derniers instants de repos.
    (...)
    Émotion, espoir et recueillement, voilà ce que je ressentais sur les pontons ce matin-là. Personne n'élevait la voix, personne ne riait. La foule chuchotait, comme lors d'une veillée funèbre.
    (...)
    Mon regard se perdait au loin vers les bateaux attendant leur grand départ. Tout était encore gris et calme, le ciel et la mer paraissaient ne faire plus qu'un. L'armada des navires accompagnateurs s'estompait à mesure que mes yeux s'emplissaient de larmes... Et le temps, l'espace de quelques minutes, semblait s'être arrêté.

    - Départ 13h02 - pour suivre la course : Ici.

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :