• "La poésie est morte" : Tu m'as dit !

     Le printemps des poètes arrive doucement et avec lui quelques brèches qu'il va falloir tenir, maintenir ouvertes et tendues jusqu'à l'extrême. L'éveil.
    Le thème cette année : "Le grand vingtième : d'Apollinaire à Bonnefoy, cent ans de poésie".
    "La poésie est morte" : J’ai entendu ça hier !

    J'ai souvenir d'une lecture des planches courbes. Yves Bonnefoy s'installe, parle si doucement de sa voix caverneuse pourtant, que le silence qui s'était déjà invité, semble le recouvrir, lui, sa parole et sa présence authentique. Puis, sans lien ni entrée en matière, il ouvre les planches, ouvre ce lieu de vie où il n'y a plus rien d'autre que chaque soi suspendu à ses mots à lui.
    Et ce grand vide juste après.
    La discussion ? C'était difficile. Le véritable dialogue avait déjà eu lieu.

     

    "La poésie est morte" : J’ai entendu ça hier !

     

    Pourquoi toujours regarder en arrière ? Dieu sait que j’aime cette poésie du XX ième, mais voilà : C'est aujourd'hui que je respire et non hier. C'est maintenant que mon coeur pulse et c'est ici que ses battements raisonnent. Le XXI ième siècle est déjà en marche. Depuis seize ans. Seize années déjà que certains n’ont pas vues passer.
    Que faut-il faire pour qu'ils avancent, ne restent pas coincer sur cet âge d'or, le leur ?

     

    "La poésie est morte" : J’ai entendu ça hier !

     

     Que faut-il faire pour qu’on offre un espace de paroles aux poètes d'aujourd'hui ? Et n'est-ce pas trop facile d'invoquer ces "ils" et ces "on" ? Est-ce que cet espace s’offre ou se conquiert ? La poésie n'a que faire des institutions et la poésie institutionnalisée se répand dans les latrines de l'Histoire pour son plus grand désespoir.
    Alors ne pas courir après subventions, reconnaissance et édition. Écrire parce qu’on a quelque chose à dire. Même si personne n’est là pour l’entendre ?
    Tous ces poètes ignorés aujourd'hui qui ne savent ni crier ni se taire...

     

    "La poésie est morte" : J’ai entendu ça hier !

     

    Peut-être est-ce nos sociétés, nos vies qui vont trop vite ou sommes-nous à ce point gavés d'images, de bruits et de paroles, que nous n'avons pas su maintenir cet espace, cette sphère entrouverte pour le recueil et le recueillement ?

     

    "La poésie est morte" : J’ai entendu ça hier !

     

    Tu me dis cela comme ça. Pas de provocation dans ta voix et tes  yeux : tu constates. Et tu voudrais que je te réponde. Que je t'explique, que je riposte ou que je nie, j'é-crie ? J'aurais beau contester, consternée, toi et moi nous y changerons quoi ?

    "La poésie est morte" : Tu m'as dit !Peut être ouvrir les recueils, laisser les yeux courir entre les pages.

    Peut être fermer les recueils, courir les pistes de slam, assaillir l'oiseau de twitter de "jets de cailloux"1, et surtout : dire, écouter, lire, donner une voix haute et franche, à tous ces mots qui se battent à la marge.

    Laisser entrer les rimes et les libres dans nos oreilles et nos gorges pour se les approprier et les faire se tenir debout, face à nous !

    "La poésie est morte" : J’ai entendu ça hier !De bric et de broc, aller cahin caha au creux de l'épicentre d'une création sans annonceurs ni projecteurs. Éblouis par l'éclat de pépites et perles noyées à laver, polir et cajoler, au détour d’un chemin dont on ne sait pas encore si c’est le bon. Se fourvoyer dans un sentier et faire demi-tour, les pieds dans la rivière Serpentine, s’essouffler mais continuer à parier sur la poésie naissante, sur la/le poète balbutiant, sur cette lumière qui n'éclaire que celui qui sait la recevoir.

    Et puis..."La poésie est morte" : Tu m'as dit !

    Et puis s'accrocher à tous ces lanceurs de mots, comme autant de lanceurs d'alertes dans notre monde en dérive.

     

    "La poésie est morte" : J’ai entendu ça hier !

     

    - Quand tu auras tout dit, que te restera-t-il ?
    - Il me restera encore tes mots et les miens mêlés... sous la peau. 

     ¤ ¤ ¤


    1 - Si vous voulez connaître la suite donnée à ces jets de cailloux et découvrir son auteur - Ryôichi Wagô-, c’est ici et  !

    Photos : -Yves Bonnefoy - Chloé M. - Grand Corps Malade - Astrid Shriqui Garain -

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Mars 2016 à 10:33

    J'ai beaucoup aimé cette chronique! Merci!

    2
    Mercredi 16 Mars 2016 à 18:27

    Merci Céline : de ton passage et de tes commentaires qui m'encouragent à continuer à dire et poster ce que j'ai envie et ce que j'aime. ;-)

      • Mercredi 16 Mars 2016 à 21:30

        Le partage naît de cela, d'un échange sur ce qu'on aime. Et j'aime beaucoup l'originalité de tes posts. Alors continue!

    3
    Mercredi 16 Mars 2016 à 21:44

    UN grand merci ! ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :