• Pendant plusieurs mois, je suis restée seule dans une vieille maison en pierre du sud-Ouest. La journée, je travaillais. La nuit, je naviguais dans les mots. Je rêvais, aussi, redonnant corps à ces gens qui sont loin, faisant renaître cet endroit qui me manque tellement. C'était comme un demi-sommeil. Les mots ne voulaient parfois rien dire, mais j'étais dans leur musique. Je crois que je n'avais jamais été aussi paisible.

    Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires
  • L'Origine de nos amours - Erik Orsenna -

    Les portes ont des complicités particulières avec les écrivains. Elles savent quand nous voulons du calme. Elles résistent à l'intrusion. Elles égarent les clefs, elles se bloquent. Et lorsqu'elles sont bien forcées de céder à la poussée de l'importun, elles grincent. Au moins pour avertir.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Je lis de mieux en mieux et de plus en plus vite, je lis comme si ma vie en dépendait, lire est mon seul et unique talent, si on me disait que je n'ai plus le droit de lire j'aurais une crise d'apoplexie et j'en mourrais.

     ¤ ¤ ¤

    L'objet de Nancy Huston - Actes Sud Éditions - :

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Je veille. Ne crains rien. J'attends que tu t'endormes.
    Les anges sur ton front viendront poser leurs bouches.
    Je ne veux pas sur toi d'un rêve ayant des formes
    Farouches.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Pourquoi je suis un destin - Friedrich Nietzsche -©Delphine Lebourgeois pour L'OBS

    Je connais mon sort. Un jour s’attachera à mon nom le souvenir de quelque chose de formidable, – une crise comme il n’y en eut jamais sur terre, la plus profonde collision des consciences, un arrêt rendu contre tout ce qu’on avait jusqu’à maintenant cru, exigé, sanctifié. Je ne suis pas un être humain, je suis de la dynamite.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique