• La dénonciation - Bandi* -Je vis en Corée du Nord depuis cinquante ans,
    Comme une machine parlante,
    Comme un homme attelé à un joug.
    J’ai écrit ces histoires,
    Poussé non par le talent,
    Mais par l’indignation,
    Et je ne me suis pas servi d’une plume et d’encre,
    Mais de mes os et de mes larmes de sang.

    *Bandi, un pseudonyme qui signifie "Luciole".

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Faut se méfier des mots. En faire bon usage. Les aimer. Sinon ils se vengent. J'en connais pour qui ça a très mal tourné.

    (...)

    J'aurais voulu te parler de la violence liée à leur absence. Les mots qui se débinent c'est une vraie saloperie. Ne savoir ni lire ni écrire ça rend dingue.

     

    Cécile Ladjali - La Grande Librairie - 07/01/16 : 

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Neverhome - Laird Hunt -

    Photo issue de Le fil des jours - Guerre de sécession -

    Je vis les fers et le sang coagulé su le métal et un frisson me parcourut l'échine, depuis le bas du dos, pour ressortir par la tête en me perçant le crâne. Il n'existait pas de personne vivante qui n'eût vu quelqu'un porter un fer en quelque point de son corps, je le savais, mais ces lieux désertés abritaient une morsure de chagrin qui me fit me réjouir qu'un autre endroit eût été trouvé et que nous n'ayons pas à retourner là-bas.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  •  C'est une illusion de penser que le miroir aide le danseur. On ne devrait pas regarder le monde par l'intermédiaire d'un reflet. Il faut prendre conscience de sa place dans l'espace. Quelle est la bonne distance entre les différents membres de ton corps ? Comment dois-tu te positionner, quelle distance dois-tu mettre avec les autres ou les objets qui t'entourent ?  C'est là que tu atteins le geste juste et que naît la beauté du mouvement.

     

    Le refus du miroir - Ohad Naharin -

    Danz, d’Ohad Naharin. Crédit photo: Jesus Vallinas

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le politique, il sert plus à rien. C'est un prestataire de services. La preuve c'est que ces putains de dettes, ces putains de dettes-là, qui emmerdent tout le monde, qui mettent les peuples à plat, qui les mettent à genoux, on n'arrive pas à les éliminer...

    Moi, républicain payant mes impôts, je voudrais que toutes les dettes de ces pays soient annulées. Et je peux vous dire que là, le problème du chômage, le problème des constructions, le problème de l'avenir pour nos enfants, il aurait une grande chance d'éclater et de revenir, vraiment de revenir vers la vie.

    Donc comme vous les politiques, vous arrivez pas à les faire éliminer, ces putains de dettes, parce que  la banque elle est plus forte que vous, c'est elle qui vous imprime la destinée de notre peuple et non pas vous ! Voilà !

    Richard Bohringer face à Henri Guaino, 30/03/13 - On n'est pas couché  - :  

    Cette vidéo est restée longtemps difficilement accessible en France. Merci à nos amis belges et canadiens qui ont fait le relais tout ce temps, nous envoyant de là-bas, ces images de chez nous qui dérangent...

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique