• "J’aimerais pouvoir te dire quel genre de guerre je mène, Papa, mais je ne sais pas, je ne sais vraiment pas, et te mentir dans ce journal serait comme me mentir à moi-même – et que nous resterait-il alors ? Nous utilisons des drones sans pilote pour combattre une bande de paysans illettrés armés de fusils à verrou, et cela laisse un certain goût dans la bouche qui est bien loin de la gloire des campagnes d’Alexandre, si tu vois ce que je veux dire. Ou même de Napoléon, d’ailleurs."

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Quand Elle & Elle devient Elle & Elles...

    Fred Alie - Fille - :

    "Petite, quand j'avais de la fièvre,
    je me blottissais dans tes bras, et je fermais les yeux.
    Je m'endormais paisible, je savais...
    Aujourd'hui c'est étrange, je ne dors plus ainsi.
    J'ai toujours comme cet œil ouvert à l'intérieur de moi.
    Il ne se ferme jamais, ne se repose jamais.
    Je le trimbale partout où je vais.
    Il m'emmène partout où il va...
    ça me fait sourire, parce que, parfois, je n'y vois plus très clair
    pour quelqu'un qui a un œil dans le corps.
    Y'a comme un souffle...
    Il observe ce monde-là, sans relâche.
    Je voudrais respirer mieux, mais avec cet œil, coincé, là, près du cœur...
    Tout cela résonne, et pourquoi je ne cesse d'y penser, je ne cesse...
    850 millions de personnes ont faim,
    Haïti ti payi et les autres,
    il y a la peur qui nous dévore les entrailles de l'intérieur,
    les trous dans l'âme, les vagues d'amour, les pépites d'or
    que l'on trouve par hasard sous une poignée de cailloux,
    et la peine..."

    Marijosé Alie -Mère - :

    "Je peux te murmurer qu'il faut tendre la main
    plus loin que le bras
    que tout au bout du geste il y a le désir
    et que l'ultime instant nous fait souffrir.
    Mais t'ai-je dit la colère de vieillir
    de ce corps qui s'en va sans que j'y puisse rien,
    rien qu'épier sa recomposition en cherchant un dessin ?
    T'ai-je dit les plis que l'on ne compte plus
    les cheveux qui un à un abandonnent la vie.
    Et la muse fragmentée qui joue les mémoires malades...
    T'ai-je dit qu'on en pleure de ne pas comprendre ?"

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • "Est-ce que ça pourra te suffire, à toi l'enfant à venir ?
    Juste le pire de nous deux."

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le long désir - Ananda Devi -

    "J'avais oublié jusqu'au parfum de mes propres feuilles leurs veines les branchages d'où elles ont été cueillies la forme de mes membrures et la cassure de mes arêtes et les exigences de mon ciel et le nuage fervent des cimetières et le cœur de mes orages lourds tout cela oublié oublié alors que m'attendait une petite fille esseulée aux yeux plongés dans son propre regard.

    A présent je la vois, je la revis et elle me tente. Je me souviens d'elle, non comme d'une innocente, mais comme une marée ténébreuse qui attendait de déferler. Aujourd'hui encore, cela ne s'est pas fait. Les chemins bifurqués m'ont entraînée bien loin vers de vieilles lunes. Elles ne se sont pas transformées en soleils. Ces chemins de soumission et de complaisance sont en vérité la plus grave des trahisons.

    Je veux rejoindre mon étoile. Je veux la parcourir de vie et laisser des traînées de sang sur le miroir des sentiments parce que c'est pour cela que l'on est, par pour un sourire pâle d'aube déjà mourante à peine levée, pas pour un soupir crépusculaire que rien de plus sombre que le repas du soir ne tourmente, pas pour un avenir de pain rassis de rêves réduits de chair amortie d'enfants partis

    un devenir d'ombre assaillie par ses propres moisissures.

    Et si cela ressemble à de l'amertume, tant pis. Qu'elle soit un coup de fouet sur mon cœur endormi et que la cosse ainsi fendue fasse naître un fruit défendu tenu par une petite fille tragique tout près de sa poitrine, car elle sait, elle, que c'est ainsi que vient la vraie parole,

    la seule qui compte."

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Serpentine - Mélanie Fazi -

     "Le choix du motif n'a jamais rien d'anodin, c'est un geste porteur de sens. Témoignage d'un instant qui vous accompagnera toute votre vie durant. On le choisit comme une profession de foi, un totem ou un blason."

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique