• C'est au lecteur d'allumer la mêche des mots 1 - Elena Ferrante - Books juin 2016

     C'est au lecteur d'allumer la mêche des mots - Elena Ferrante - Books juin 2016
    Anna Bonaiuto dans L'Amour meurtri (1995), adaptation de
    l'amour harcelant
    , premier roman d'Elena Ferrante.

    Quelle importance ont les lecteurs à tes yeux ?

     Je ne crois pas qu’il faille prendre le lecteur par la main comme un consommateur quelconque, car il ne l’est pas. La littérature qui devance les goûts du lecteur est une littérature dépravée. Je préfère paradoxalement décevoir les attentes habituelles et en susciter de nouvelles. Un récit est réellement vivant non parce que l’auteur est photogénique ou que les critiques en disent du bien, mais parce que, au long d’un certain nombre de pages, il n’oublie jamais les lecteurs, puisque c’est à eux qu’il revient d’allumer la mèche des mots. Je ne renonce à rien de ce qui peut donner du plaisir au lecteur, même à ce qui est tenu pour vieux, déjà vu, vulgaire. Comme je le disais, c’est la vérité littéraire qui rend toute chose neuve et subtile ; ce qui compte dans un texte bref, long ou infini, ce sont la richesse, la complexité, le charme de la trame narrative. Dès lors qu’un roman possède ces qualités-là – et aucun tour de passe-passe marketing ne peut les lui donner –, il n’a besoin de rien d’autre, il peut suivre sa route en entraînant derrière lui les lecteurs, et éventuellement jusque dans la direction opposée, l’antiroman.

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 27 Octobre 2016 à 09:07

    L'identité d'Elena Ferrante a été révélée il y a quelques semaines par un journaliste italien. Je ne la livrerai pas ici, tant je trouve cette enquête digne de la presse de caniveau. Je laisserai donc cette information partir où elle a sa place : dans les égouts...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :