• Hortense - Jacques Expert -

     

    Comme elle, j'aurais voulu avoir une de ces poupées mannequins si jolies quand j'étais petite. Mais mes parents étaient inflexibles. « Pas de ces merdes américaines », avait décrété mon père. Je n'avais jamais joué avec des Barbie, enfant, et je me suis bien rattrapée avec mon Hortense.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Un homme, ça ne pleure pas - Faïza Guène - Et puis, j'ai enfin vu mon nom apparaître. Je ne l'ai jamais trouvé aussi beau, mon nom. Je me suis levé lentement, en silence, et j'ai pleuré en me frottant le dessus du crâne. J'ai vite essuyé mes larmes. Le padre dit qu'un homme, ça ne pleure pas, et ça m'était resté dans la tête.

    Mon nom suivi de la mention "admis", c'était rassurant. J'allais devenir quelqu'un qui fait quelque chose de sa vie.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Joyeuse vie - Victor Hugo -

    Oui, c'est de ce monceau d'indigences terribles
    Que les lourds millions, étincelants, horribles,
    Semant l'or en chemin, 
    Rampant vers les palais et les apothéoses, 
    Sortent, monstres joyeux et couronnés de roses, 
    Et teints de sang humain !  

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Interview Nouveau Magazine Littéraire - Asli Erdogan -C'est enraciné profond en moi : si quelqu'un est en difficulté, vous l'aidez. Voilà la première leçon que m'a donné la vie : des faits vous sautent dessus et vous devez réagir, tendre la main. Quand cent vingt prisonniers meurent dans une grève de la faim, dans ce qui est supposé être votre pays, établissant une forme sinistre de record mondial, qu'y-a-t-il d'autre à faire que d'écrire sur cela ? L'urgence vous appelle, et vous ne pouvez pas dire : "Désolé, je vais rentrer chez moi et finir mon roman".

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire