• La vengeance du pardon - Eric-Emmanuel Schmitt - Chacun de nous fut foudroyé pendant l'enfance : percevant soudain l'espace entre lui et le reste du monde, il s'est rendu compte qu'il existait à l'écart, différent, corps singulier au milieu de corps étrangers, enceinte mentale unique. Injustice de la conscience.... Pour les uns, elle signifie un éblouissement, pour d'autres une déchéance. Si un rideau se lève sur le monde des premiers, une cloison mure les deuxièmes dans une prison. La solitude est un royaume dont certains voient le trône, d'autres les frontières.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La Mécanique du coeur 2 - Mathias Malzieu -

    Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La Mécanique du coeur - Mathias Malzieu -Je t'aime de travers parce que je suis un détraqué du cœur de naissance. Les médecins m'ont formellement interdit de tomber amoureux, mon horloge cœur était trop fragile pour y résister. J'ai pourtant mis ma vie entre tes mains, parce que, au-delà du rêve, tu ma donné une dose d'amour tellement forte que je me suis senti capable de tout affronter pour toi.

    Partager via Gmail Pin It

    7 commentaires
  • Les transparents - Ondjaki -

     

    il sonna deux fois à la porte
    – dom Paulo, c’est moi
    – moi qui ?
    – le Facteur. je sonne toujours deux fois, vous n’aviez pas remarqué ?

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Toute la lumière que nous ne pouvons voir - Anthony Doerr -Sous le bruit des pas, elle distingue un grondement profond, presque un bruit blanc. Elle tire son père par la manche.
    - Les Allemands ?
    - L'océan...
    Elle prend un air dubitatif.
    - C'est l'océan, Marie. Je te le jure.
    Il la porte sur son dos. Maintenant, c'est le cri des mouettes. Odeurs de pierres mouillées, de fientes d'oiseau, de sel, même si elle ignorait que le sel avait une odeur. La mer murmure dans une langue qui voyage à travers les pierres, l'air et le ciel. Que disait le capitaine Nemo ?
    La mer n'appartient pas aux tyrans.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire