• Sur le chemin des glaces - Werner Herzog -

     

    Quand j'arriverai à Paris, elle sera en vie. Il ne peut pas en être autrement, cela ne se peut pas. Elle n'a pas le droit de mourir. Plus tard, peut-être, quand nous le lui permettrons.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  •  Manifeste incertain 1 - Frédéric Pajak -Manifeste incertain 1 - Frédéric Pajak - 

     

     

     

     

     

     

     

     
    Le Bonheur est un petit Esprit  dodu, toujours d'humeur joyeuse, et qui ne crache pas dans son verre. Il boit de la bière ou du cidre, assez pour se gonfler l'estomac et se mouiller les yeux.

    Partager via Gmail Pin It

    4 commentaires
  • Manifeste incertain 1 - Frédéric Pajak -

    Depuis toujours, j'aimais la Bêtise, et j'aimais autant l'Impatience. Elles étaient pour moi comme une caresse. Il n'y avait pas si longtemps, on les aurait pendues par les pieds jusqu'à leur violacer la figure. Or, la Bêtise n'est pas bête, et l'Impatience est assez patiente. En tout cas, elles étaient au courant de tout, et même, elles savaient ce qui allait arriver dans les jours à venir. Pourtant elles refusaient de parler.

    Qu'allait-il donc arriver ces prochains jours, et demain, et plus tard, dans ces terribles années qui s'avançaient ?

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La partition intérieure - Réginald Gaillard - Elle, elle divaguait, parlait toute seule, n'était guère cohérente les rares fois où elle prenait la parole, excepté lorsqu'elle parlait de la mort. Mais ce que les habitants du village n'acceptaient pas, ce qu'ils ne pouvaient accepter, et donc pardonner, c'est que son esprit était autrement lié au monde ; qu'elle en avait une autre connaissance qui leur échappait et suscitait en eux envie et jalousie. Ou bien l'on est dans le rang ; ou bien l'on est à la marge. Ce qu'ils ne pouvaient comprendre, c'est que l'on ne choisit pas d'être hors du rang, cela s'impose à soi, et il faut vivre avec.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • J'avais sélectionné ce livre lors de l'avant dernière masse critique de Babelio pour deux raisons : la première, c'est que l'histoire se déroule à Courlaoux, petit village du Jura à moins de 10 kilomètres de chez moi et la seconde tient à la raison qui me fait participer aux masses critiques : l'envie de découvrir des livres et des auteurs que je n'aurai peut-être pas choisis sinon.

    Alors, quand la découverte fait place à un réel plaisir de lecture, c'est d'autant plus jouissif, que cela tient du pur hasard. Un peu comme certaines rencontres, dans la vie...

    Revenons en à la partition intérieure. L'histoire en elle-même n'a rien d'extraordinaire : un jeune prêtre parisien se voit muter dans le Jura, au milieu de paroissiens revêches dont la foi s'étiole, comme un peu partout en France dans les années 70. Il y fait la connaissance de deux personnes hors normes :

    - Charlotte, la folle du village qui passe son temps à nettoyer les tombes du cimetière ;
     - Jan, compositeur néerlandais, athée et bourru, venu s'enterrer à Courlaoux pour créer l’œuvre de sa vie et peut-être fuir le monde, une femme...

    Ces trois êtres vont apprendre à se découvrir, s'aimer, se respecter et respecter la croyance, la vie, la quête ultime de chacun. Sans jugement, sans violence mais dans l'acceptation de leurs différences et de leurs silences...

    Réginald Gaillard nous donne à lire des personnages forts, bruts et animés d'une force vive qui les brûle jusqu'à l'anéantissement. 

    Le prêtre qui nous raconte leurs histoires en sera le témoin et le légataire. Contrairement à ce que laisse transparaître leur quotidien, ces deux êtres ont en eux une fougue, une exigence sur la finalité de leurs vies, d'une intensité et d'une violence rares.

    Ces destins singuliers vont aspirer la vie de cet homme d'église, empli de l'importance et de la puissance de "la Parole", pendant plus de quarante ans. L'auteur nous offre un beau personnage de prêtre, comme on en voit peu, dans la littérature actuelle. Mais pour autant, je n'ai pas eu l'impression de lire un livre dont le sujet serait le catholicisme, la religion. Ces deux laissés-pour-compte sont d'une intensité subversive, et pourtant - ou justement, ce qui est mis en lumière, c'est cette ferveur, cette foi, celle qui n'a rien à faire des dogmes, qui n'a pas forcément pour objet d'adoration un fils de Dieu ou une Vierge Marie. Non. Plutôt celle qui guide une vie, qui créé, qui élève et aide à vivre... Celle qui réunit l'athée et le curé, l'idiot et l'homme de lettres, la terre et le ciel... Appelez-là comme vous voudrez, peu importe !

    L'auteur est poète, et cela s'entend. Pas seulement par le style, riche et irréprochable, mais aussi et surtout par cette attention aux choses et aux gens, par cette façon de nous ouvrir à cette nature âpre et revêche qui fait la beauté du Jura.

    La partition intérieure est fait de toutes ses promesses les plus folles, des promesses d'amour et de création, que la vie tient rarement. Réginald Gaillard, tel Charlotte, les rend au silence de la terre et du vent, pour qu'ils chantent sa douleur.

    ¤ ¤ ¤
    4ième de couv :

    « C'est sans gloire qu'au mois d'octobre 1969 je suis arrivé à Courlaoux. »
    2012, un prêtre revient sur ses années passées dans un village du Jura, alors qu'il se destinait à une tout autre carrière ecclésiastique. Il est confronté à des villageois fort différents de lui, et plus particulièrement à Charlotte, que tout le monde appelle « la folle », et dont la vie pour l'essentiel se concentre sur les tombes du cimetière. Il y rencontre aussi, retiré du monde, un compositeur néerlandais dont l'unique désir est de se consacrer à l'écriture, persuadé qu'il a une grande oeuvre à livrer. Mais son intimité blessée heurte avec violence sa quête du son parfait...
    À mesure qu'il fréquente ces deux êtres que pourtant tout sépare, Jean va connaître ce retournement du coeur qui amène à la connaissance des profondeurs de la foi.
    Ce récit nous entraîne sur une crête, au fond des âmes et à la frontière du visible. Malgré la nuit et les replis d'un silence ardent, pointe dans la beauté simple de la campagne jurassienne une lueur brûlante : ce que l'on croit détruit a peut-être été sauvé...

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire