• La nouvelle éthique promet le paradis à condition que les riches restent cupides et passent leur temps à se faire du fric, et que les masses lâchent la bride à leurs envies et à leurs passions, et achètent de plus en plus. C'est la première religion de l'histoire dont les adeptes font vraiment ce qu'on leur demande de faire. Mais comment savons-nous que nous aurons vraiment le paradis en retour ? Nous l'avons vu à la télévision.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité - Yuval Noah Harari -Renversant ! Sidérant ! J’ose à peine vous dire que j’ai choisi ce livre sans regarder plus que cela de quoi il parlait, mais attirée par cette couverture à l'empreinte digitale et cette idée préconçue d’avoir en main un essai centré sur nos ancêtres préhistoriques… Que celui qui n’a jamais boycotté les 4ième de couv me jette la première pierre ! Imaginez-donc ma surprise croissante, de page en page : Yuval Noah Harari lamine et éclaire d’un regard nouveau toutes nos certitudes, toutes nos croyances et tout ce qu’on a pu nous apprendre sur, je cite quelques sujets pêle-mêle : la disparition de Neandertal, le mythe du bon sauvage, Dieux (peu importe les noms qu’on leur donne), la révolution cognitive, la science et son idée de progrès, l’argent, les bienfaits du capitalisme et notre quête folle du bonheur, …

    Self-made-dieux, avec juste les lois de la physique pour compagnie, nous n’avons de comptes à rendre à personne.

    Harari ne refait pas l’histoire (point de révisionnisme dans cette affaire-là), il ne la réécrit pas non plus, il met « simplement » en lien les faits et l’état actuel de nos connaissances d’un point de vue, non pas froidement scientifique, mais historique, sociologique, ethnologique… à la lumière de ce que les derniers millénaires nous apprennent sur les civilisations humaines et l’homo sapiens proprement dit. "Simplement" est un euphémisme : il en faut de l'envergure pour mener à bien un tel projet et intellectuellement savoir et être capable de le réaliser... 

    Sapiens : Une brève histoire de l'humanité - Yuval Noah Harari -

    Ce livre nous fait réfléchir sur le monde, notre individualité, nos représentations et nos savoirs acquis… sans nous enfermer dans un système, mais au contraire, en enlevant la chape de plomb ou le voile d’illusion (appelez cela comme vous voudrez) qui maintient chaque individu dans la vision convenue, dominante de l’espèce, en expliquant les mécanismes qui nous ont conduits à ce que nous sommes. Pourquoi Homo Sapiens et pas Néandertal ? Pourquoi l'argent et non le troc ? ...

    Nous ne vivons pas dans la réalité mais dans un monde sous-tendu par une représentation partagée par la majorité : l’imaginaire collectif dominant devenant une civilisation qui s’étendra tant que l’homo sapiens y accordera crédit ; laissez tomber le rideau et c’est une civilisation qui s’effondre pour laisser place à une nouvelle représentation dominante. Cette capacité innée porte à bout de bras toutes les relations humaines et est la clef de la prédominance de notre espèce sur toutes les autres à travers les millénaires…

    Pour changer l’ordre imaginaire, je dois persuader des millions d’hommes de coopérer avec moi. Car l’ordre imaginaire n’est pas un ordre subjectif qui existe dans mon imagination, mai plutôt un ordre intersubjectif qui existe dans l’imagination partagée de milliers et de millions de gens.

    Sapiens : Une brève histoire de l'humanité - Yuval Noah Harari -Je ne peux que vous inciter à découvrir les nombreuses idées développées par l’auteur, un rien provocateur : on sent clairement qu’il jubile à l’idée de nous savoir à terre, bluffer ou contrarier, amuser ou carrément sceptique, parfois, devant tant d’audace ! Car ce livre ne vous laissera pas indifférent, que vous soyez convaincu par cette brève histoire de l’humanité ou non. N’est-elle pas, comme l’indique son titre, qu’UNE de plus pour les sapiens que nous sommes. Mais est-ce qu’elle sera la votre ? Minoritaire ou dominante, à terme ? Sur quoi débouchera-t-elle ? Une énième civilisation ? Une ultime révolution qui verra la fin de l’homo sapiens, au profit d’autres espèces dominantes, biologiques ou cybernétiques ?

    Sapiens : Une brève histoire de l'humanité - Yuval Noah Harari -

    Seule l’histoire nous le dira. Cette grande oubliée de l'éducation. D’ailleurs, effacement volontaire ou non ? Stratégie ou faux-pas ?

    Voilà, si vous en êtes à vous poser ce genre de questions, c’est que vous avez déjà investi ce nouveau récit fondateur…

    ¤ ¤ ¤


    4ième de couv :

    Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.
    Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l homme ? À dépendre de l argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?

    Véritable phénomène d édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d Histoire à l Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage... et notre futur.

    « Sapiens s est rapidement imposé partout dans le monde, parce qu il aborde les plus grandes questions de l histoire moderne dans une langue limpide et précise.»
    Jared Diamond, prix Pulitzer, auteur d Effondrement

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • 37,2° le matin - Philippe Djian -Elle était comme un cheval sauvage qui s’est tranché les jarrets en franchissant une barrière de silex et qui essaie de se relever. Ce qu’elle avait pris pour une prairie ensoleillée n’était en fait qu’un enclos triste et sombre et elle connaissait rien du tout à l’immobilité, elle n’était pas faite pour ça. Mais elle s’accrochait quand même de toutes ses forces, avec la rage au cœur et chaque jour qui passait se chargeait de lui écraser les doigts. ça me faisait mal de voir ça, seulement je ne pouvais rien y faire, elle se retranchait dans un endroit inaccessible où plus rien ni personne ne pouvait l’atteindre.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  Loin d'ajouter au verbe aimer,
    beaucoup le diminue.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La Route des Flandres - Claude Simon - Les chiens ont mangé la boue, je n'avais jamais entendu l'expression, il me semblait voir les chiens, des sortes de créatures infernales mythiques leurs gueules bordées de rose leurs dents froides et blanches de loups mâchant la boue noire dans les ténèbres de la nuit, peut être un souvenir, les chiens dévorants nettoyant faisant place nette : maintenant elle était grise

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire