• Le sari vert - Ananda Devi -Je ne suis pas l'apôtre du dire poli. Je ne souscris pas à l'hypocrisie de ces belles et vides formules dont notre époque est si friande. Je ne suis ni jeune, ni riche, ni faible, ni gentil, ni beau, ni contrefait, ni minorité brimée, ni majorité insensible, ni politicien hâbleur, ni prophète apocalyptique, ni mère Teresa, ni Berlusconi - bref, ni le meilleur, ni le pire.
    Je suis un homme et je suis en voie de disparition.
    Je suis vieux et je suis en voie de décomposition.
    Si vous souhaitez des joyeuseries, passez votre chemin. Si vus pensez sortir d'ici le ventre grouillant de bons sentiments, vous vous êtes trompé de porte.
    Gens qui criez trop fort sans avoir rien à dire, écoutez-moi si vous le voulez ou bien foutez le camp.
    Tout cela m'indiffère.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Peu de temps avant qu'il ne parte, Miss Tillie Mayard découvrit qu'elle se trouvait dans le pavillon des aliénées. Elle fonça vers lui pour lui demander des explications.
    "Vous venez juste de comprendre que vous êtes dans un asile ? fit-il.
    - Mes amis m'ont envoyée au pavillon de convalescence pour que je me remette d'une récente maladie. Je veux sortir immédiatement.
    - Allons bon, rien ne presse, répondit-il en riant.
    - Si vous êtes un tant soit peu compétent, vous devriez voir que je suis saine d'esprit. Allez-y, interrogez-moi.
    - Nous avons tout ce qu'il nous faut pour le moment", se contenta de répondre le médecin.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Feuillets de cuivre - Fabien Clavel -Il lui semblait que le bordel, comme le champ de bataille, contribuait à l' ordre du monde. C'étaient des points d'équilibre qui devaient rester solides dans leurs fondements sous peine de voir toute la société basculer et couler dans l'ordure. Putains et fantassins en étaient les gardiens sacrifiés.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La cité de la joie - Dominique Lapierre -Les cerfs-volants étaient le jouet préféré des enfants de Calcutta comme si ce morceau de papier qui s'échappait au-dessus des toits eût porté toute leur envie de s'évader, tout leur besoin de fuir leur prison de boue, de fumées, de bruits et de misère.

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire