• Feuillets de cuivre - Fabien Clavel -Quand je vois toutes les critiques positives écrites sur ce livre, je vais faire figure de vilain petit canard avec la mienne, qui va être nettement moins enthousiaste.

    Je me suis accrochée pour finir Feuillets de cuivre, car, comme beaucoup, je voulais savoir le fin mot de l’histoire et ce qui reliait entre elles toutes ces enquêtes comme autant de nouvelles…

    L’histoire est simple : nous suivons les investigations de Ragon, agent de la police criminelle – et sa montée en grade – à travers la lecture de ses carnets où il a pris soin de consigner chacune. Ce n’est pas la résolution des meurtres en elle-même qui est le moteur de ce livre, mais un savant jeu de piste littéraire organisé par un criminel dont on peine à identifier et l’identité et les motivations.

    Confession, tu touches à ta fin. Je n'ajoute plus rien, même si subsiste en moi la question : qui suis-je ?

    Franchement, même si je trouve cette idée superbe et originale, la lecture fut laborieuse pour moi et je ne vous cache pas que sans toutes ces critiques dithyrambiques, j’aurai abandonné bien avant la fin.

    J’ai regretté aussi que l’univers steampunk soit si peu développé, à Feuillets de cuivre - Fabien Clavel -mon sens. Par contre, j’ai été séduite par Ragon : c’est un personnage rare. Se nourrissant tant de littérature qu’il finit par ressembler à sa bibliothèque : large et imposant mais tout autant subtile et précieux. Fabien Clavel a créé là, une personnalité atypique et complètement en accord avec l’histoire qu’il nous présente.

    Pouvait-on vivre uniquement dans des livres, à travers livres ? Oui, pour assourdir la rumeur ignoble du monde, ce cri vulgaire et souffrant qui lui vrillait le crâne à la manière des portes de prison qui grincent. Et puis oublier son tumulte intérieur aussi, cette noire marmite bouillonnant au rythme des souvenirs.

    Certes, on ne peut que saluer l’ingéniosité de l’auteur qui fait un sans faute dans le dessein qui semble le sien : emmener par ricochet le lecteur d’œuvre en œuvre, d’auteur en auteur, en semant tout au long du récit, des références aux piliers de notre littérature. Mais cela ne m’a pas suffit pour m’approprier ses feuillets de cuivre. J’en suis la première navrée. Je me faisais une joie de découvrir ce livre…

    Mais que cela ne vous décourage pas de le lire. Statistiquement, vous avez plus de chance de vous fondre avec bonheur dans l’univers de Fabien Clavel que pas…

    ¤ ¤ ¤

    Feuillets de cuivre - Fabien Clavel -

    4ième de couv :

    Paris, 1872. On retrouve dans une ruelle sombre le cadavre atrocement mutilé d'une prostituée, premier d'une longue série de meurtres aux résonances ésotériques. Enquêteur atypique, à l'âme mutilée par son passé et au corps d'obèse, l'inspecteur Ragon n'a pour seule arme contre ces crimes que sa sagacité et sa gargantuesque culture littéraire.

    À la croisée des feuilletons du XIXe et des séries télévisées modernes, Feuillets de cuivre nous entraîne dans des Mystères de Paris steampunk où le mal le dispute au pervers, avec parfois l'éclaircie d'un esprit bienveillant... vite terni. Si une bibliothèque est une âme de cuir et de papier, Feuillets de cuivre est sans aucun doute une œuvre d'encre et de sang.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Une bibliothèque, c’est une âme de cuir et de papier. Il n’y a pas meilleur moyen pour fouiller dans les tréfonds d’une psyché que de jeter un œil aux ouvrages qui la composent. La sélection, le rangement, le contenu, même la qualité de la reliure : tous les détails sont importants.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Lire le dernier article d'Aelinel et découvrir sur son blog qu'elle m'a confié le flambeau d'un Tag qui, je trouve, sort de l'ordinaire... Le but est de partager l'histoire de notre blog, ce qui nous a motivé à le créer : toutes ces choses sur lesquelles on n'est pas trop bavard en temps normal. Alors, j'ai attrapé mon clavier et me suis lancée !

    Chers amis, voici l'histoire d'une petite page, qui n'a pas choisi son numéro au hasard, même si elle n'a pas vraiment demandée à venir au monde... La faute à Helle et à ce qu'elle Lizait :

    Blogger Recognition Award - Tag -

    J’avais depuis longtemps l’envie de reprendre un blog. Il y a maintenant une dizaine d’années, j’en tenais 2 en même temps. Complètement différents : un premier qui suivait mes tribulations dans le monde artistique où je m’évertuais à mettre plus d’un demi-orteil – comprendre que je n’ai jamais pu y mettre le deuxième de mes pieds, pourtant pas si grands que cela… – On pouvait y trouver traces de mes écrits, expos, des représentations que je donnais et de l’atelier d’écriture que j’ai animé pendant plusieurs années. J’ai vécu beaucoup de choses à travers ce blog, fait de très belles rencontres et tisser du lien. Le second, qui n’avait strictement rien à voir, était un compte rendu, semaine après semaine, de ma découverte des Amap. Le premier, je l’ai « écrasé » un soir de déraison – sans même une petite ligne dans la rubrique des faits divers – et le second vit en autarcie depuis 10 ans – aucun nouvel article, mais toujours des visites régulières et de temps en temps quelques kamikazes qui frappent à ma porte pour me demander, si toutefois je ne suis pas morte, quoi faire de leur okara ?

    Blogger Recognition Award - Tag -

    et de temps en temps me remercier pour le Ghee…

    Blogger Recognition Award - Tag -

    Et cela ! Dix ans après : ça me scotche !! 

    Donc – oui, je sais, vous pressentez déjà que je vais faillir en ce qui concerne le côté bref de l’histoire, et je sens que vous risquez d’avoir raison… – Donc, je disais que j’avais adoré partager mes passions, mes tâtonnements et pas incertains, mais je m’étais faite vite débordée par cette activité qui me demandait beaucoup de temps en plus de tout ce qui occupe d’ordinaire une vie (non virtuelle, celle-là !). Mais il y a un an, je me suis dit pourquoi pas en créer un nouveau ? Comme Aelinel, le déclic est venu de la communauté Babelio. Mais je n’avais pas envie de trop me préoccuper du côté « performatif » de mon blog, mais de simplement naviguer à vue, un peu comme le reflet de carnets où vous griffonnez des essentiels sur un coin de table, sans savoir trop bien ce que vous en ferez.

    Blogger Recognition Award - Tag -

    J’ai choisi un nom de domaine, tout en sachant qu’il n’y avait pas plus « anti référencement » : taper « page39 » sur google, vous y trouverez toutes les pages 39 de tous les bouquins possibles, mais jamais mon blog. Mais c’est celui qui me plaisait ! ;-)

    Je voulais donner à lire, chaque matin, quelques mots extraits de textes, de paroles qui, à un moment ou à un autre, m’ont interpellés : Livres, Cd, films… peu importe le support, du moment que ces mots me touchent.

    Blogger Recognition Award - Tag -

    Et puis, partager également ma passion pour l’écriture qui ne m’a jamais quittée. J’aimerai avoir plus de temps pour développer les fiches techniques, parler du monde de l’édition pour les écrivants qui souhaiteraient publier leurs œuvres, des « concours » littéraires et appels à texte… et faire une place à un atelier d’écriture virtuel où la convivialité et la bienveillance seraient lois. Le temps me manque, mais je m’y emploie. Pas à pas. Comme la petite « turtle » que je suis...

    Blogger Recognition Award - Tag -


    Je ne sais pas si c'est un conseil constructif, mais c'est celui qui me vient d'emblée :

    Restez vous-mêmes ! Avant toute chose. Ne cherchez pas à ressembler à tel ou tel, surtout si cela ne vous convient pas, mais soyez « vrai ». Je pense que la personne qui vous lit le ressent. Et bien souvent, c’est ce qui la séduit et ce qui fait l’originalité de votre blog.

    Faîtes le pour vous, ce blog ! Et vous verrez que le plaisir que vous aurez à le construire, l’étoffer, post après post, sera vite ressenti et partager avec ceux qui viendront vous lire…

    Un grand merci à Aelinel !

    ¤ ¤ ¤

    Le principe de ce tag est le suivant :

    1. Remercier la personne qui t’a nominé et mettre un lien vers son blog (fait)
    2. Écrire un post contenant une brève histoire de ton blog
    3. Donner un ou deux conseils pour de nouveaux blogueurs
    4.
    Sélectionner 15 autres blogs (si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à vous en emparer !).

    Partager via Gmail Pin It

    8 commentaires
  • Je travaille tard pour pouvoir m'arrêter tôt, lui répondait-il, ce que j'avais du mal à comprendre.
    Alors il fallait s'emparer du bras pour remettre le diamant sur le bord. Il ne pouvait y avoir qu'un diamant pour donner une musique pareille.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Nina Simone - Gilles Leroy -C’est très dur, ce music business, quand vous êtes une femme, quand vous devez tourner des mois entiers avec des types qui pensent qu’ils valent mieux que vous. Mais quand vous êtes une femme noire, c’est tout bonnement un métier de chien.

     

    Un métier de chien ? Avec tout votre succès, un métier de chien ?

     

    N.S. — Ça vous intéresse, le succès ? Vous voulez qu’on parle du succès ? Mais vous, les gens de votre génération, vous confondez succès et valeur, comme vous confondez nouveauté et progrès…

     

     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire