• Quand elle passe, tu ne penses plus. Tu oublies ce que tu voulais faire, rêvais d’être, croyais pouvoir. Le corps seul répond. Et il répond ce qu’il peut. Il défèque, il se pisse dessus. Il se mange la bouche avec les dents, comme une viande. Il brûle ses tendons à crisper la sangle devant. Il bave. Après ? Après chacun dit ce qu’il veut, il raconte, elle étire, il introduit des mots, il fend ce qui n’est qu’un roc de peur brute… Ce que je pourrais moi vous dire – à vous, tas d’abrités blottis dans vos cages de pierre quand vous nous interrogerez du beau milieu de vos villages, là demain ou dans six jours – je vous vois déjà, les rescapés des puits confortables, des burons lissés à l’enduit, avec vos joues mûries de fin de soirée, oui, au soleil rougeaud qui brille dans vos verres transparents, à attendre qu’on vous dise, qu’on vernisse la blocaille de l’exploit, c’est que sous furvent… Mais n’en parlons plus. Sous furvent, il n’y a rien à dire. Juste survivre quand ça vient cogner à la porte du front – parce que ça n’enveloppe plus ni ne « submerge » ou autres mièvreries : ça frappe, à coups de Merlin, dans les fissures des os. Juste tenir – la nuque arquée – qui casse vers l’arrière – sous le choc. Tenir, voilà. 

     

    The Windwalkers Project : 

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • La compagnie des menteurs - Karen Maitland -Un homme qui porte les stigmates de la bataille est un vétéran, un héros, et on lui laisse la place d'honneur auprès du feu (...) Mais on n'encourage pas une femme qui porte une cicatrice à raconter son histoire. Les garçons se moquent d'elle et les mères font le signe de croix. Les femmes enceintes ne s'en approcheront pas de peur que, si elles posent les yeux sur une telle créature, l'enfant qu'elles portent ne soit marqué. Vous avez sûrement entendu le conte de "La belle et la bête". Comment une belle jeune femme tombe amoureuse d'un monstre et perçoit la beauté de son âme sous son visage hideux. Mais vous n'avez jamais entendu le récit du beau jeune homme qui s'éprend de la femme monstrueuse et trouve la joie dans son amour, car cela n'arrive jamais, pas même dans les contes de fées.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Plus de la moitié des familles chinoises sont composées de femmes qui travaillent trop et d’hommes qui soupirent après leurs ambitions perdues, critiquent leurs femmes et font des crises de nerf. En plus, beaucoup de Chinois pensent que dire un mot gentil à leur femme est indigne d’eux.

    Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires
  • 10:30. Jude vient d’appeler. On a passé vingt minutes à se pâmer sur Darcy. J’adore sa façon de parler, comme s’il était suprêmement indifférent. Ensuite, nous avons longuement comparé les mérites respectifs de Mr. Darcy et de Mark Darcy. Nous sommes tombés d’accord : Mr. Darcy est plus séduisant parce qu’il est plus primitif. Mais il est imaginaire, et ça, c’est un inconvénient majeur.

     

    Partager via Gmail Pin It

    6 commentaires
  • Notre poison quotidien - Marie-Monique Robin -

     

    "Il faut que les agences de réglementation arrêtent de prêter des droits aux produits chimiques. Les produits chimiques n'ont aucun droit, ce sont les gens qui en ont..."

    Jacqueline Verrett, toxicologue à la FDA. 1994

     

    ¤ ¤ ¤

    Notre poison quotidien - Trailer :

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire