• Je ris de l'Art, je ris de l'Homme aussi, des chants,
    Des vers, des temples grecs et des tours en spirales
    Qu'étirent dans le ciel vide les cathédrales,
    Et je vois du même œil les bons et les méchants.

    - L'angoisse -

    Fêtes galantes - Paul Verlaine -

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Lui et moi, nous nous étions donnés à d'autres. A trop tergiverser, nous avions perdu tout le monde, mais nous nous étions retrouvés. Ce que nous désirions, sans doute, c'était ce que nous avions déjà : un amant et un ami avec qui créer, côte à côte.

    Être fidèles, sans cesser d'être libres.

     

    Because The Night - Patti Smith - :

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Mon boucher m'a pris pour un autre. L'autre fois quand je suis entré dans son étal, il m'a fait un immense sourire. Sa femme, à la caisse, s'est même levée pour me serrer la main. Je n'en revenais pas de ces salamalecs. Je commande mon steak. "Je vous mets un peu de persil ?" Il me demande complice. Je ne l'avais jamais vu comme ça. Et sa femme qui me tournait autour, elle voulait me toucher. "Vous permettez que je vous fasse goûter nos petites bouchées à la reine", elle me susurre avec un clin d’œil. C'était de plus en plus bizarre. Je suis reparti les bras chargés, sans comprendre. Le lendemain, même chose. Le surlendemain, pareil.

    Figurez-vous que je suis le sosie d'un inspecteur de l'hygiène. Ça fait un an que ça dure. Je me sers toujours chez eux. Maintenant, je suis devenu exigeant. Je prends des airs agacés si la tranche est trop petite. Je soupire. ça les rend fou, Ça  les inquiète. La dernière fois, ils ont eu carrément peur. Ils m'ont offert un gigot de cinq livres.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  •  

    — Tu ne comprends pas. La science peut bien éclairer une époque de tous ses feux, il restera toujours quelques zones obscures, échappant au savoir humain... C est la que se réfugient les croyances. On ne peut pas les tuer.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Tous ces chatons en miettes que j’avais dû enterrer en secret, tous ces cadeaux des fêtes des mères que j’avais été obligée de rater tellement ça m’aurait détruite d’offrir quelque chose de joli à ma belle-mère, toutes ces maîtresses qui avaient cru pendant des années que j’avais deux mains gauches et qui m’avaient regardée comme une demeurée. Toutes ces connes qui avaient confondu ma tendresse et ma pauvreté…
    Tous ces chagrins… Tous ces petits chagrins à la queue leu leu.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires