• Les forêts de salines - Patricia Guyard -Comme l'astre clair de la nuit, la blancheur du sel cache aux yeux une face obscure : le combustible, calciné à l'entrée du foyer d'énorme poêles de fer et dont on recueillera encore les braises pour parachever la façon des pains de sel.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Vous n'engagez pas de bataille ? c'est bien dommage. Moi je déclare la guerre. La guerre à tous les Sigmund Schmidt, à tous les profiteurs, à tous les assassins, ces ignorants, ces destructeurs, ces corrupteurs ! A tous ceux qui détiennent le pognon et le pouvoir ! L'Art n'a pas à être rentable ! L'Art ne doit pas être rentable ! Mais l'artiste doit vivre ! Et combien y en a-t-il qui crèvent parce qu'il y a toujours des ratés et des exploiteurs sur leur chemin ? Combien y en a-t-il qui abandonnent parce que c'est ça ou mourir ? Oui, je suis odieux ! Oui, je suis méchant ! Tant mieux ! Mais, moi, au moins, je reste propre !

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La mécanique des fluides - Lidia Yuknavitch -J'aurai eu toutes les raisons de détester ce livre : son côté « sex, drugs and rock and roll », ces nombreux passages de beuverie stérile, de scènes SM, cette application méthodique de l'auteure à se (tout) foutre en l'air et j'en passe. Mais, voilà. Je l'ai adoré !
    Je l'ai adoré parce qu'il m'a touché.
    Je l'ai adoré car il transpire la sincérité et résonne à mes oreilles comme un chant d'espérance.


    Oui, vous avez bien lu, Espérance...
    Pourtant rien ne prédestine à cela cette autofiction d'une auteure qui se raconte, avec ses mots de femme écorchée vive, amputée du sentiment de l'estime de soi par un père violent et incestueux, une mère non-aimante et alcoolique.
    Lidia Yuknavitch nous raconte son enfance où sa seule lumière est son entraînement quotidien à la piscine, son seul espoir de fuite, une bourse pour étudier ailleurs, n'importe où, mais quitter ces parents toxiques qui n'ont de famille que le nom.
    Elle devient une nageuse promise à un bel avenir professionnel. Mais voilà, la sirène, pour qui l'eau protège et isole du bruissement de la vie (comme un enfant qui se réfugie sous la couette) ne va pas savoir comment faire avec cette réalité pleine de promesses qui s'offre à elle. Comment accueillir cet avenir positif, se battre pour gagner, obtenir, mériter... quand on a en soi un degré zéro d'estime de soi...
    Quand on nous a transmis que soumission et dégradation.
    Quand on nous a appris qu'être femme c'est se taire, souffrir et écarter les cuisses...

    La naissance de sa petite fille morte-née, (ne pas avoir su être une mère protectrice quand on n'a pas été une petite fille protégée) va décupler cette autodestruction.
    Souffrir dans son corps autant que dans son cœur...

    La mécanique des fluides - Lidia Yuknavitch -

    Se laisser descendre au plus profond, à la limite de la noyade, jusqu'à sentir le fond sous les pieds et donner une grande impulsion pour enfin entamer la remontée.
    Ce fond salvateur se sera les mots, ceux de l'écriture et de la lecture, de la création et du partage, soutenu par une sœur aimante et une poignée d'amis fidèles, dont la bienveillance a accompagné toutes ses errances.

    Lidia boit, rit, pleure, jouit, hurle, sans pudeur ni retenue... Est-ce plus vulgaire, choquant, dans les mots (le corps) d'une femme que dans ceux d'un homme ? Je ne sais... mais c'est la parole d'une femme qui écrit de cette singularité qu'est un corps de femme, des mots qui sortent de ses tripes et de son cœur...
    « Ecrire face à la « culture » », nous dit Lidia Yuknavitch dans ses remerciements.

    Sincérité car il en faut, pour don
    La mécanique des fluides - Lidia Yuknavitch -ner de soi un tel portrait quand le but n'est pas d'effrayer ou choquer, encore moins de glorifier ou juger, mais livrer ainsi la réalité « à nue » à travers ses mots.
    Ces descriptions crues et explicites sont sa réalité avant que l'écriture « la sorte de l'eau » comme une noyée qu'on récupère à bout de souffle et qu'on réanime : comme une seconde naissance et un second souffle... Les mots qui (re)donnent vie. Et quels mots ! Cinglants comme une paire de claques et beaux... Vraiment. Beaux.

    Espérance car l'écriture en particulier, l'art en général, sont des bouées jetées aux bras des naufragés, des filets qui ramènent les rescapés sur le rivage.
    Combien coulent encore ?

    « C’est difficile de penser Oui. Vers le haut. Quand ce qu’on ressent n’est que combat ou fuite.
    Si je pouvais revenir en arrière, je me donnerais des cours particuliers à moi-même. Je serais la femme qui m’a appris à me tenir debout, à vouloir des choses, à les demander. Je serais la femme qui dit, Ton esprit, ton imagination, ils sont plus importants que tout. Regarde comme c’est beau. Tu mérites de t’asseoir à la table. L’éclat tombe sur chacun d’entre nous. »

    L'éclat tombe sur chacun d'entre nous...

    The Chronology of Water - Andy Mingo :

    ¤ ¤ ¤

    La mécanique des fluides - Lidia Yuknavitch -

    4ième de couv

    Nageuse depuis sa plus tendre enfance et espoir pour les Jeux olympiques, Lidia cherche à tout prix à échapper à un univers familial malsain et oppressant, entre un père alcoolique et une mère dépressive.
    Elle accepte une bourse sportive pour entrer dans une université au Texas, mais est renvoyée aussi sec pour consommation de drogues et d’alcool.
    Lidia décide alors de participer au projet d’écriture de Ken Kesey, auteur culte de Vol au-dessus d’un nid de coucou, car, elle en est convaincue, l’écriture est sa vocation.

    La Mécanique des fluides n’est pas une histoire d’addiction, d’abus et de perdition : c’est le triomphe implacable du pouvoir des mots et de l’écriture.
    Un roman coup de poing sur la résilience, dans lequel le récit autobiographique est magnifié par une écriture originale et percutante.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Il n'y a qu'une seule morale qui vaille dans cette histoire, une seule donnée essentielle : nous ne sommes que de dérisoires étincelles au regard de l'univers. Puissions-nous avoir la sagesse de ne pas l'oublier.

     

     

    Vouloir être optimiste - La Belle Histoire, Claude Lelouch :

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le mot frère - Stéphane Bouquet - - Vous voulez venir avec moi ?
    - Oui je veux bien. Elle l’avait dit trop vite comme l’oiseau qu’elle était et qui souhaitait quoi ? picorer un visage sans doute, oui c’est ça, le sien, un visage d’herbes et de barbe. Elle se sentait transportée, rayonnante, lumineuse. Très très légère et l’idée lui était venue : en sa compagnie, je suis un oiseau, pas autre chose. C’est-à-dire : quelqu’une d’infiniment heureuse et débarrassée de tout danger. Les oiseaux volent, ils échappent aux prédateurs par leurs ailes et vivent d’une certaine façon une vie presque non risquée. Voilà l’idée fausse que je me fais des oiseaux pensa-t-elle. Elle était une fleur et maintenant un oiseau et quoi d’autre ? mais c’était lui qui la mettait dans tous ses états, littéralement, et provoquait ses métamorphoses et elle ne pouvait pas résister : elle était à côté de lui et elle dévalait toutes les formes de la vie, et pas une ne lui échappait, parce qu’il m’ouvre de partout pensa-t-elle, je suis devenue toute.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire